DigiSchool s'attaque au marché de l'orientation

 |   |  413  mots
Après les révisions, Anthony Kuntz et Thierry Debarnot, co-fondateurs, misent sur l'orientation
Après les révisions, Anthony Kuntz et Thierry Debarnot, co-fondateurs, misent sur l'orientation (Crédits : DR)
La startup digiSchool, spécialiste lyonnais de l'éducation en ligne vient de boucler le rachat de trois sites internet dans le but de s'imposer comme le "leader français de l'orientation". Une opération rendue possible par la levée de fonds de juin 2013.

L'an dernier déjà, digiSchool dirigée par Thierry Debarnot et Anthony Kuntz avait fait parler d'elle en levant trois millions d'euros en vue d'accélérer son développement, dans l'optique de devenir "premiers sur le digital dans le champ des révisions". Quinze mois après, l'objectif est "rempli". Si bien que les co-fondateurs veulent désormais occuper un nouveau terrain : celui de l'orientation. Un marché dominé par ses deux principaux concurrents : L'Etudiant et Studyrama.

Trois sites rachetés

Pour y parvenir, la startup lyonnaise voit les choses en grand et vient de racheter (le montant n'a pas été révélé) trois sites internet éducatifs : orientation.fr (site de questions-réponses autour de l'orientation, 150 000 visiteurs par mois), etudinfo.com (site d'avis de formation en France, 300 000 visiteurs par mois) et ecoles2commerce.com (présentation des écoles de management et de commerce en France, 150 000 visiteurs par mois). De quoi lui permettre d'augmenter son audience de plus de 600 000 visiteurs par mois (une force de frappe équivalente à celle de 10 salons d'orientation
chaque jour) en plus des 4,5 millions enregistrés mensuellement l'an dernier sur le web et les applications (avec un pic à 6,5 millions uniquement sur le mois de juin dernier).

"300 000 emplois sont vacants alors que 800 000 jeunes sont aux chômage. C'est sidérant  ! Avec digiSchool Orientation, nous voulons donc faire réfléchir les jeunes intelligemment sur leur avenir", souligne Thierry Debarnot.

Autrement dit, grâce à un moteur intelligent développé en interne, le jeune pourra être orienté de la meilleure manière qu'il soit vers les formations qui donnent le plus de chance de trouver un emploi.

"Ne vaut-il pas mieux faire un BTS Management des unités commerciales qu'une licence d'histoire", questionne Thierry Debarnot.

En face, sur leur espace payant, les écoles disposeront de profils qualifiés et pourront entrer en contact avec le futur candidat. L'arrivée de digiSchool Orientation est prévue pour la fin de l'année.

Vers le marché international

Avec un chiffre d'affaires prévisionnel annoncé à 4 millions d'euros à la fin de l'année digiSchool connait une croissance active de 30 %. Prochaine étape de l'entreprise lyonnaise : le marché international. Aucune zone n'est pour l'heure privilégiée, les dirigeants attendent le résultat d'une étude d'UbiFrance pour trouver la destination de choix. En parallèle, les premières discussions sont menées pour boucler un nouveau tour de table "encore plus important" que le premier. Avec une conséquence directe sur l'effectif puisqu'il passerait de 48 personnes aujourd'hui à plus de 70 en  2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2014 à 11:40 :
Tu rêves de faire des études universitaires en sciences sociales, devenir chercheur et montrer comment les jeunes de ton quartier défavorisé peuvent jouer un rôle dans notre société ? T'es dingue ou quoi ?! Fait plutôt un BTS MUC ! Comme cela, tu alimenteras la société en main d'oeuvre bon marché, tu occuperas un emploi surqualifié pour faire de la mise en rayon et tu seras toujours libre de continuer à rêver, tout en étant VRAIMENT utile à notre belle société. Quoi ? Que dis-tu ? Cette perspective va à l'encontre de tes valeurs et ambitions ? Peu importe, les entreprises, elles, y gagnent et tout le monde est content !
a écrit le 15/10/2014 à 11:38 :
L'orientation : un marché donc des profits financiers? plutôt un enjeu sociétal majeur avec des profits s humains et donc sociétaux avec retour sur les court et long terme !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :