Lyon : 250 jours de congés payés pour aider les sans-abris

 |   |  486  mots
(Crédits : JACKY NAEGELEN)
Moins d'un an après son lancement, le collectif L'entreprise des possibles, qui œuvre en faveur des sans-abris, affichent des premiers résultats encourageants.

Lancé fin janvier 2019 avec "pour ambition d'éradiquer la question des sans-abris d'ici trois ans", comme le rappelle Alain Mérieux, fondateur et président du fonds de dotation L'Entreprise des possibles, l'initiative s'installe peu à peu dans le milieu entrepreneurial de la métropole de Lyon.

Lire aussi : Lyon : des entreprises veulent éradiquer le "sans-abrisme"

Après six mois de structuration, le fonds est passé de 22 entreprises fondatrices à 38 entreprises adhérentes, représentant un potentiel de 28 000 collaborateurs mobilisables.

"Nous espérons atteindre les 40 entreprises d'ici la fin de l'année 2019", avance Isabelle Fieux, la directrice de L'Entreprise des Possibles.

A commencer par la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne qui devrait officiellement s'engager dans le mouvement au tout début de l'année 2020, mais dont le nouveau président, Philippe Valentin, a assuré de son soutien.

Ces entreprises ont permis à leurs collaborateurs de s'engager dans 50 missions de bénévolat depuis septembre 2019 à destination de 13 associations référencées. Elles devraient être une vingtaine d'ici 2020.

Un nouveau levier : le don de congés payés

L'initiative repose sur trois piliers : le don de temps, donné par les collaborateurs des entreprises adhérentes sur leur temps personnel, abondé par l'employeur par du temps pris sur le temps de travail ; le don temporaire d'espaces industriels ou tertiaires, mis à disposition des entreprises pour loger les sans-abris et le don de congés payés, monétisés et abondés par l'employeur.

Cette pratique n'est pas courante - le don de congés payés était jusqu'ici réservé à un collègue dans des conditions particulières (maladie, handicap).

"Nous avons travaillé cet aspect juridique avec les DRH. C'est désormais validé par les autorités", assure la directrice.

Ainsi, la campagne de don en mai 2019 a permis de récolter environ 115 000 euros, soit près de 250 jours de congés payés donnés par les salariés et abondés par leurs entreprises. Une autre campagne va démarrer en cette fin d'année, autre date légale à laquelle les congés payés peuvent être soldés.

3 premiers projets

Ces dons sont destinés à financer en partie trois premiers projets (250 000 euros pour 90 personnes au total) : un village mobile, géré par Habitat et Humanisme, pouvant accueillir 80 personnes sans abri, une action de prévention portée par Le Prado, Ailoj et les Clés de l'Atelier à destination des jeunes qui vont sortir du dispositif d'aide sociale à l'enfance et l'accompagnement, par Entrepreneurs du monde, des porteurs de projets entrepreneuriaux des personnes fragiles [SDF, parents isolés, réfugiés, etc.] dans la restauration durable.

Le reste est financé par le fonds de dotation, soutenu par les entreprises fondatrices à hauteur de 300 000 euros par an.

En 2020, le collectif lancera une plateforme numérique de mise en relation entre les salariés, les entreprises et les associations et d'ores et déjà un quatrième projet de soutien aux sans-abris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2019 à 11:32 :
Un grand merci à nos entreprises.
Nos bénévoles ont toujours donné sans rien attendre. Parfois pour tenir, Ils s'éloignent un peu pour charger la batterie pendant ce temps ceux qui ont besoin d'eux stagnent.
Le fait de leur accorder des facilités permet à tout le monde de se relever.
Bientôt la fin de la pauvreté.
Bravo !
a écrit le 29/11/2019 à 19:15 :
Pendant que les riches ne pensent qu'à eux et que l’État ne pense qu'aux riches c'est toujours les pauvres et moyens qui pensent aux plus démunis et vu que ceux-ci n'ont plus de rond ben ils offrent leurs congés payés en plus.

Plus on possède et plus on est possédé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :