Le CentSept, nouveau lieu d'accompagnement des entrepreneurs sociaux

 |   |  609  mots
De gauche à droite : David Kimelfeld, Philippe Imbert, Mathilde Aglietta et Léna Geitner.
De gauche à droite : David Kimelfeld, Philippe Imbert, Mathilde Aglietta et Léna Geitner. (Crédits : Karen Latour / ADE)
L'association le CentSept figure parmi la dizaine de projets qui s'installeront au sein d'Hevea, le lieu consacré à l'économie sociale et solidaire qui devrait voir le jour en novembre au 107 rue de Marseille (Lyon 7e). L'objectif de cette structure public-privé est d'accompagner les entrepreneurs sociaux dans la construction de leur modèle économique.

Accrochées aux murs, d'anciennes climatisations ne tiennent plus qu'à un fil. Un peu plus loin dans la salle, des ouvriers s'affairent pour déblayer les gravats après la démolition des parois. Dans quelques mois, au 107 rue de Marseille (Lyon 7e), le bâtiment pour l'instant en cours de rénovation accueillera une dizaine de structures issues de l'économie sociale et solidaire, parmi lesquelles l'association le CentSept.

L'originalité de l'association est de réunir sous un même nom à la fois des collectivités locales, de grandes entreprises privées et des professionnels de l'entrepreneuriat social. Une gouvernance de type public-privé qui s'est donnée pour objectif de devenir un pôle d'excellence en matière d'innovation sociale.

Décloisonner

"Aucune structure de ce genre n'existe en France. Nous voulons donc être cet outil d'interface, entre des entreprises de l'économie classique, et celles de l'ESS", explique Philippe Imbert, président du CentSept, mais aussi délégué territorial de Veolia.

L'entreprise figure d'ailleurs parmi les membres de l'association, avec le groupe La Poste, Bouygues Immobilier, ou encore Keolis. David Kimelfeld, premier vice-président de la métropole de Lyon en charge de l'économie complète :

"L'intérêt est de bousculer nos incertitudes en matière de développement économique. Nous décloisonnons deux mondes qui jusqu'alors évoluaient séparément."

L'idée étant que les entreprises se pérennisent, trouvent leur modèle, au contact des entreprises classiques.

Lire aussi : Lyon 7e : futur quartier totem de l'innovation sociale ?

Catalyser

L'association créée en 2015 s'est notamment donnée pour mission d'identifier les besoins des acteurs locaux en matière sociale, organiser des appels à projets mais aussi présenter les entreprises sociales à des structures qui peuvent les aider. Autrement dit, avoir un rôle d'incubateur. Ce n'est donc pas sans raison si Ronalpia figure parmi les co-fondateurs de l'association. "Le CentSept fait office de catalyseur", détaille la créatrice de cet incubateur lyonnais dédié à l'ESS, Léna Geitner.

"Nous n'aurons pas seulement le rôle d'incubateur, nous aiderons aussi les entreprises qui veulent changer d'échelle et se structurer."

Pour l'heure, sept projets ont déjà été accompagnés depuis le début de l'année 2015. Parmi eux, celui porté par Mathilde Aglietta, fondatrice de l'antenne lyonnaise de Simplon.co....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :