Les ambitions européennes de la startup Wizbii

 |   |  436  mots
L'équipe de Wizbii autour de Benjamin Ducousso.
L'équipe de Wizbii autour de Benjamin Ducousso. (Crédits : Wizbii)
La startup grenobloise Wizbii voit plus grand. Après s'être développée en France, elle souhaite désormais étendre son réseau social pour les étudiants et jeunes diplômés au Royaume-Uni et en Espagne notamment. Grâce à ce développement, et alors qu'une levée de fonds est actuellement en cours, la jeune pousse espère atteindre l'équilibre en 2017.

En 2011, "trois copains sortis de Grenoble École de Management" lançaient Wizbii, un réseau social pour les étudiants ou jeunes diplômés qui souhaitent créer leur entreprise. Du moins, telle était l'idée de base : "À l'origine, la plateforme ne traitait pas d'emploi mais d'entrepreneuriat", se souvient Benjamin Ducousso, un des trois cofondateurs de la startup grenobloise, avec Romain Gentil et Émeric Wasson.

L'objectif étant de faire se rencontrer des jeunes venus d'horizons différents, avec des profils complémentaires pour qu'ils puissent monter un projet ensemble. "À ce jour, 1 500 projets ont déjà vu le jour", précise l'ancien étudiant de GEM.

Mais peu à peu, ils se rendent compte que la problématique de la recherche d'emploi doit elle aussi être intégrée à leur plateforme. Si bien que désormais les entreprises sont elles aussi invitées à poster leurs offres. Elles peuvent également "chasser" les candidats inscrits sur Wizbii.

"Devenir la plateforme de référence en Europe"

Cinq ans plus tard, les chiffres sont là : Wizbii compte 500 000 utilisateurs, 10 000 emplois ont déjà été pourvus et 4 000 entreprises sont inscrites. Parmi les entreprises clientes, Décathlon, Thalès, le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :