La French Tech veut mesurer son impact économique

 |   |  608  mots
(Crédits : DR)
Deux ans après sa création, la French Tech veut à présent métrer son potentiel en termes de créations de startups et d'emplois. Le chantier a débuté à Lyon lors du Blend Web Mix. Les premières conclusions de cette réflexion sont attendues par le gouvernement lors du premier trimestre 2016. Sur le terrain les besoins en formation et en postes se font sentir à Lyon ou Grenoble.

Initiée il y a deux ans par le gouvernement, la French Tech entre dans une seconde phase. Elle souhaite à présent mesurer de manière concrète son impact en termes de créations de startups et d'emplois. Ce travail a été initié à Lyon, en marge du salon Blend Web Mix, par les représentants des dix-sept écosystèmes French Tech labellisés à ce jour par la mission éponyme qui dépend du ministère de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.

« Il s'agira de réaliser un état des lieux complet et exhaustif sur l'ensemble de la French Tech en 2015,  ensuite, et à partir de ce bilan, il nous faudra estimer le potentiel en matière économique et d'emplois dans les années futures. », précise Virginie Delplanque, déléguée générale de Lyon French Tech.

Les premiers résultats de cette étude devraient être connus pour le printemps 2016.

Lire aussi : V. Delplanque : "L'écosystème Lyon French Tech est riche, mais personne n'y comprend rien !"

Patrick Bertrand : « Une vraie marque »

Cette étude répond à un besoin. « Nous recevons de plus en plus de demandes de soutien à la création de startups, mais aussi de sollicitations en termes d'emplois », explique Patrick Bertrand, président de Lyon...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :