Copark entend révolutionner les parkings à Lyon

 |   |  472  mots
Capture d'écran copark.co
Capture d'écran copark.co (Crédits : Droits réservés)
C'est un peu le "Airbnb des parkings". Le partage des places privées de stationnement pourrait débuter d'ici la fin de l'année à Lyon. Le dispositif de la startup Copark est actuellement en phase de tests. Plusieurs entreprises ont déjà montré leur intérêt.

C'est un fait : difficile parfois de dénicher la place de parking tant espérée. Pourtant, il existe de nombreuses disponibilités : les parcs des entreprises lors des nuits et week-end, les parkings des hôtels ainsi que des copropriétés privées en journée. A Lyon, la startup Copark développe depuis plusieurs mois une plateforme visant à mettre en relation des automobilistes, avec des personnes ayant des places disponibles lors d'heures creuses. Le dispositif, actuellement en phase de tests, pourrait être effectif d'ici la fin de l'année.

Ni clef, ni badge

Le procédé est simple. Grâce à l'application mobile Copark, l'utilisateur peut trouver en temps réel un parking et des places disponibles à proximité. Nul besoin d'une clef ou d'un badge, l'automobiliste y accède, réserve et paye à la minute grâce à son téléphone. Les tarifs proposés seront inférieurs de 25 % par rapport aux prix constatés dans le quartier concerné. Mais attention, il ne faudra point dépasser les horaires autorisés. Une sur-tarification pourra dans ce cas avoir lieu, tout comme l'enlèvement du véhicule, les propriétaires ne devant en aucun cas être dérangés par les nouveaux usagers. Copark, qui gère l'ensemble du processus, reverse par la suite une quote-part aux différentes entités qui ont décidé de prêter leurs places.

"A la base, cela vient d'un problème personnel que j'ai pu rencontrer dans ma copropriété. Nous avions des problèmes de financements pour des travaux. Mais dans le même temps, le parking du bâtiment était vide", explique Olivier Laurent, le CEO de la startup.

Près de 70 000 euros ont ainsi été investis et deux années ont été nécessaires afin de développer cette idée. Olivier Laurent est désormais prêt à lancer cette offre auprès du grand public. Un service déjà présent au Canada, et aussi proposé par quelques sociétés à Paris.

De grands groupes déjà conquis par l'idée

Les raisons d'ouvrir son parc lors des heures creuses peuvent être multiples. Pour une TPE, cela peut être pour l'aspect financier. Mais les entreprises de plus grande envergure peuvent vouloir s'inscrire dans un projet de mobilité ou souhaiter aussi analyser l'occupation réelle de leur parking.

"Nous mettons à leur disposition un système qui permet de connaitre les entrées et sorties de leurs salariés. C'est un outil sur mesure, un service en plus", poursuit le dirigeant de la startup.

Pour l'heure, deux entreprises (EDF et ERDF) ont admis d'être intéressées par cette démarche, mais rien n'est encore signé. Les premiers parcs, dont la gestion sera confiée à Copark, seront situés à Villeurbanne cours Emile Zola, ainsi que dans le quartier de la Part-Dieu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2016 à 13:41 :
Il y a un vrai phénomène entrepreneurial autour des parkings (CoPark, BluePark et consorts) et je trouve que ça va dans le bon sens :) C'est insupportable de perdre du temps à chercher une place de parking et payer une fortune juste pour stationner son véhicule. Les startups françaises sont dynamiques, ça fait plaisir cet enthousiasme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :