ProovStation : des capteurs et de l'IA pour digitaliser l'inspection automobile

 |  | 1050 mots
Lecture 5 min.
Le lyonnais ProovStation a conçu un portique bardé d'une vingtaine de capteurs optiques qui, associés à de l'IA, pourrait faciliter les inspections réalisées par les constructeurs, distributeurs, transporteurs et même loueurs de véhicules.
Le lyonnais ProovStation a conçu un portique bardé d'une vingtaine de capteurs optiques qui, associés à de l'IA, pourrait faciliter les inspections réalisées par les constructeurs, distributeurs, transporteurs et même loueurs de véhicules. (Crédits : DR)
Série CES 2021 (4/5). Fondée en 2018 à Lyon, la jeune pousse ProovStation veut dépoussiérer le domaine de l’inspection automobile, jusqu'ici réalisé manuellement, avec ses portiques connectés et son application mobile utilisant de l'intelligence artificielle. Avec 80 dispositifs déjà installés en Europe, elle vise une levée de 10 millions en 2021 pour accélérer la cadence.

C'est son troisième CES, dans une année qui devrait résonner comme celle de la montée de son industrialisation... Pour Cédric Bernard, le fils du fondateur du distributeur automobile Bernard, la création d'une jeune pousse servant le milieu de l'automobile résonnait comme une évidence.

« Nous avons démarré dans le placard à pneus de l'un des garages du groupe familial, où nous avons commencé à monter notre système. Notre première station s'est ensuite déployée dans l'un d'entre eux, à Bourg-en-Bresse », se souvient Cédric Bernard, cofondateur et président de ProovStation.

C'est pourquoi à l'issue d'un parcours au sein du groupe familial en tant que responsable de l'innovation, il a choisi de se pencher, avec ses quatre associés, sur une problématique bien précise : « comment automatiser et standardiser le processus d'inspection automobile, que l'on est constamment obligés de faire dans le cadre d'un transport, d'une location ou encore d'une réparation d'un véhicule, et qui demeurait jusqu'ici un procédé fastidieux, chronophage, cher et surtout partial car il ne disposait que d'un niveau de précision humain », précise-t-il.

Concrètement, le lyonnais a conçu un portique bardé d'une vingtaine de capteurs optiques, sous lequel peut ainsi se glisser...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :