Comment le lyonnais Froilabo pourrait se placer au cœur de la chaîne du vaccin

 |  | 1314 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : Dado Ruvic)
Il s'apprête à faire la « Une » de plusieurs JT ce lundi, sans vraiment le vouloir… Propulsé dans la course mondiale aux vaccins Covid-19, le fabricant d’appareils de laboratoire lyonnais, Froilabo (80 salariés) pourrait bien connaître un nouveau tournant avec la crise sanitaire. Alors que l’on parle depuis plusieurs semaines des enjeux de relocalisation industrielle, il serait l’unique acteur français capable de produire des congélateurs compatibles avec les usages du vaccin imaginé par de Pfizer-Moderna. Et se prépare déjà à une nette montée en volume.

Des couveuses pour bébé aux congélateurs qui pourraient accueillir, demain, l'un des vaccins pour le Covid-19, il ne pourrait y avoir qu'un pas. Fondée en 1918 sous le nom de Couprie, il règne une effervescence toute particulière au siège de la PME Froilabo, à Meyzieu, où les chaines de télévision se succèdent depuis ce week-end.

Désormais spécialisée sur le marché des appareils de laboratoire fabricant du chaud comme du froid, la société, propriété du groupe écossais de matériel scientifique Techcomp depuis 2009, avait démarré ses activités il y a près d'un siècle en développant des couveuses pour bébé. Elle s'était également positionnée comme la première à fabriquer des centrifugeuses en France. Une tradition d'innovation, qui pourrait bien cette fois-ci encore se révéler d'actualité, puisque son savoir-faire dans le domaine du froid s'avérerait particulièrement utile dans la crise sanitaire actuelle.

Alors que les grands laboratoires pharmaceutiques continuent à s'activer afin de commercialiser prochainement plusieurs vaccins destinés à lutter contre la Covid-19, l'entreprise lyonnaise pourrait jouer un rôle essentiel dans ce déploiement, puisqu'elle serait actuellement la seule à concevoir et fabriquer, sur le sol français en partie, les congélateurs à très basse température (allant jusqu'à -86 degrés), nécessaires à la conservation du vaccin de Pfizer-Moderna, qui nécessite des conditions très particulières.

Un petit poucet en France et en Roumanie

Les deux laboratoires américains avaient en effet précisé à travers leurs premières annonces...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :