Covid-19 : toutes les disciplines universitaires se mobilisent autour de la recherche

 |   |  981  mots
La santé n'est pas la seule thématique étudiée. Les sujets sont divers et variés, multi-angles et multidisciplinaires. A Saint-Etienne, des travaux ont ainsi été lancés autour du deuil et des rites funéraires en période de pandémie.
La santé n'est pas la seule thématique étudiée. Les sujets sont divers et variés, multi-angles et multidisciplinaires. A Saint-Etienne, des travaux ont ainsi été lancés autour du deuil et des rites funéraires en période de pandémie. (Crédits : Pixabay)
Si l’épidémie actuelle mobilise l’ensemble des chercheurs du milieu médical, elle concentre aussi l’attention des autres disciplines universitaires. Des dizaines de projets foisonnent depuis le mois de mars dans les universités de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

A l'instar du GIMAP, émanation de l'Université stéphanoise Jean Monnet, de nombreux laboratoires universitaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont logiquement lancés dans la course aux progrès médicaux (vaccins/traitements) pour participer au combat mondial contre la pandémie actuelle. Plus étonnant, la quasi-totalité des autres disciplines universitaires se sont également engagées dans de nombreux projets de recherche en lien avec le Covid-19 : les Sciences Humaines et Sociales de façon générale, l'histoire, la géographie, les sciences politiques, les sciences du sport, les sciences économiques, la psychologie etc.

"Cette situation inédite bouleverse complètement notre monde. Le choc est un moteur de créativité", explique Hervé Courtois, vice-président recherche de l'Université Grenoble Alpes.

Même analyse de Stéphane Riou, son homologue à l'Université Jean Monnet.

"Cette pandémie est un choc social, sociétal et économique. Elle éveille forcément l'intérêt des chercheurs. De plus, du point de vue de la méthode scientifique, l'instantanéité de ce choc leur permet d'observer rapidement les changements induits. C'est assez surprenant et inédit que les sciences sociales se mobilisent aussi vite, nous assistons à un véritable feu d'artifice !".

Une effervescence constatée également au sein des universités et grandes écoles lyonnaises.

"La situation met en lumière des sujets peu étudiés habituellement", justifie Isabelle Von Bueltzingsloewen, vice-présidente recherche de l'Université Lumière Lyon 2.

Elle y voit par ailleurs "un effet d'opportunité" :

"Plusieurs financement régionaux et nationaux de recherche sont fléchés sur le Covid-19. Tout n'est pas encore vraiment lancé, mais les intentions ont été formalisées".

Du deuil à la pratique de l'activité physique

Les sujets sont divers et variés, multi-angles et multidisciplinaires. A Saint-Etienne, des travaux ont ainsi été lancés par Gaëlle Clavandier autour du deuil et des rites funéraires en période de pandémie. Aménagements mis en œuvre par les professionnels du funéraire en fonction des contraintes, impacts matériels et psychologiques sur les personnes endeuillées, ressources mises en œuvre par celles-ci pour y faire face.... Cette étude est menée en partenariat avec des équipes suisses et italiennes. Autre sujet étudié au sein de l'université stéphanoise : les possibilités de régulation des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :