Covid-19 : Prêter main forte, le site de mise en relation entre bénévoles non-soignants et établissements de santé

 |   |  427  mots
(Crédits : DR)
Les hôpitaux et les Ehpad n'ont pas seulement besoin de personnels soignants. Ils sont également à la recherche de renforts qualifiés pour les aider à faire face à la crise. Prêter main forte entend les mettre en relation avec des bénévoles.

Lancée il y a une quinzaine de jours, pretermainforte.fr est une plateforme d'intermédiation entre des bénévoles non soignants et des établissements de soin. D'un côté, les bénévoles détaillent leurs compétences, leurs disponibilités et ce qu'ils seraient prêts à faire ; de l'autre, les établissements renseignent leurs missions.

Un algorithme de matching sélectionne les résultats compatibles et met en contact les deux parties, sans intervenir sur le choix et la mission mais surtout sans frais d'intermédiation.

"Notre démarche appelle à la création de nouvelles solidarités. Tout le monde a envie d'aider, même s'il n'est pas soignant. On peut aider à faire des plannings, porter des cartons, aider à la visite des personnes âgées, etc. Mais les hôpitaux ne sont pas en capacité d'accueillir un afflux de bénévoles hors soignants ; ces besoins ne sont pas couverts par les autres dispositifs", explique Paul Marcadé, un entrepreneur lyonnais qui a déjà mené différents projets, à l'origine, avec Aurélie Pretat, une agent publique, de cette idée de plateforme.

Communauté beta.gouv

Après avoir validé les besoins des établissements sur le terrain, les deux bénévoles ont fait appel à la communauté beta.gouv, le réseau des incubateurs des startups d'Etat. L'initiative, portée par la Direction interministérielle du numérique, vise à accompagner les projets intrapreneuriaux des agents publics en mettant à leur disposition des coachs, des entrepreneurs ou encore des développeurs. C'est ainsi qu'est né, par exemple, le portail France Connect.

La plateforme, construite en quelques semaines, a été soutenue dans un premier temps par l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté.

"L'institution nous a beaucoup aidé dans la phase d'évaluation des besoins et pleinement associé à la phase de conception", précise Aurélie Pretat.

La plateforme a également évolué au fur et à mesure des connexions - plus de 100 besoins exprimés et 4 000 bénévoles inscrits - avec, par exemple, l'ouverture à des missions en télétravail ou à des français vivant à l'étranger.

Plusieurs mois d'existence

Même si le site "n'a pas vocation à durer", selon ses initiateurs, ils estiment néanmoins que les "besoins vont s'installer pour plusieurs mois". On note en effet toujours des besoins importants dans les Ehpad (auxiliaires de vie agent d'entretien, renfort à la cuisine avec des employés polyvalents) et dans les centres hospitaliers (fonction administrative, logistique, manutention à la blanchisserie, techniciens ou gestionnaires de projet).

"De nouvelles solidarités naissent, les élans perdurent : même deux jours d'engagement peuvent tout changer", insiste Paul Marcadé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :