Recherche : A Saint-Etienne, une coalition de chercheurs avance rapidement sur le Covid-19

 |   |  931  mots
(Crédits : iStock)
Le CHU de Saint-Etienne, l’Université Jean Monnet et la startup BioSpeedia travaillent de concert sur l’élaboration de tests sérologiques et de tests de diagnostics directs innovants.

Main dans la main, le CHU de Saint-Etienne, l'Université Jean Monnet et la startup BioSpeedia progressent très rapidement sur divers sujets de recherche en lien avec le Covid-19. BioSpeedia, une spin-off de l'Institut Pasteur créée en 2011, a son siège social à Paris mais une partie importante de ses activités de recherche est installée à Saint-Etienne, dans les murs du Groupe immunité des Muqueuses et Agents pathogènes (GIMAP), le laboratoire universitaire de la Faculté de Médecine. La jeune pousse est spécialisée dans le diagnostic rapide pour les infections bactériennes respiratoires et la méningite bactérienne.

Des tests de sérologie rapides prêts pour la commercialisation

BioSpeedia a développé un test sérologique rapide pour le Covid19, dont l'efficacité vient d'être évaluée par le CHU de Saint-Etienne avec des taux de concordance voisins de 100%.

"Il s'agit de tests rapides, qui doivent être réalisés par des professionnels de santé mais très simples d'utilisation. Ils permettent de détecter, sur deux lignes différentes, les immunoglobulines M qui apparaissent au début de l'infection, et les immunoglobulines G qui, elles, font leur apparition plusieurs semaines après la contamination", explique Yves Germani, directeur scientifique de BioSpeedia.

Même si aucune certitude n'est encore acquise dans le corps médical quant à la durée de protection offerte par les anticorps développés par les patients ayant contracté le Covid-19, ces tests sérologiques seront très utiles lors du déconfinement et dans le suivi de cette pandémie.

Les tests BioSpeedia peuvent désormais être mis sur le marché européen puisqu'ils viennent d'être marqués CE conformément à la réglementation en cours.

3 millions de tests par mois

"Nous sommes fortement sollicités et nous disposons des capacités de production. Nous avons pris nos dispositions pour augmenter ces dernières, tout en respectant nos exigences de qualité", souligne Evelyne Bégaud, ex-chercheuse de l'Institut Pasteur, comme Yves Germani, et cofondatrice de la startup.

La fabrication est lancée avec un objectif de trois millions de tests fabriqués par mois. Une partie significative de la production des réactifs sera réalisée à Saint-Etienne (notamment la culture du virus, dans le laboratoire P3 de l'Université). Seule la plasturgie est sous-traitée à l'étranger.

La startup envisage de compléter sa démarche pour proposer...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2020 à 20:49 :
ok ils avancent vite
il faut 18 mois pour un vaccin
entre temps soit c'est passe soit on est tous morts, soit de maladie, soit de faillite
Réponse de le 22/04/2020 à 16:23 :
Ca va nous faire une belle jambe de savoir qu'on meurt du covid19.....

Le marché des tests est déjà saturé avec des centaines de test en cours de formulation et de test dans le monde et 5 homologués en France.

Quitte à travailler sur ce virus, ce qui nous manque à très court terme, ce sont des traitements efficaces en vue du déconfinement.
Réponse de le 22/04/2020 à 16:44 :
Agrandissez la photo, si le type il regarde au microscope sans mettre de lame sur la platine, pas sur que ça avance si vite que ça...
Réponse de le 22/04/2020 à 20:47 :
Faites confiance !!! Arrêtez de dénigrer les gens qui cherche des solutions pour nous tous, ce n est pas de leurs fautes ce qui arrive, on est tous responsables de la destruction de notre pauvre planète et de ses habitants !!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :