CES 2020 : StickTrackr, le tracker connecté pour l’industrie

 |   |  362  mots
Stéphane Gouttesoulard défendra le tracker low-coast d'Ingeniousthings au CES 2020
Stéphane Gouttesoulard défendra le tracker low-coast d'Ingeniousthings au CES 2020 (Crédits : DR)
La clermontoise Ingenious Things n'en est pas à son coup d'essai. La startup avait déjà conquis Las Vegas en 2018 avec l'objet connecté, myteepi. Cette année, son nouveau directeur général, Stéphane Gouttesoulard, défendra son tout dernier objet connecté : StickTrackr.

Lancée il y a quatre, aux débuts du réseau SigFox, Ingenious Things (Puy-de-Dôme) a d'abord créé des objets connectés dans les domaines de la maison intelligente (myteepi), l'agriculture (Martin-Protect - protection des élevages), la collecte de satisfaction (moooood.fr) ou encore le monitoring d'activité dans le domaine de la navigation marine.

Il présente cette année au CES StickTrackr, un système de tracking moins cher qu'un timbre. Ce dispositif permet de répondre à plusieurs cas d'usage, dont le tracking des biens de consommation, le suivi des expéditions ou la gestion des stocks aval.

"C'est un tracker géolocalisé innovant que nous avons déjà présenté au Shangai connect. Sa particularité tient à sa taille, sa grande autonomie et son coût très faible. C'est un objet qui permet de géolocaliser des biens et nous avons une avance technologique sur ce type de produit," explique Stéphane Gouttesoulard, directeur général d'Ingenious Things.

Marché industriel

Grâce à ce nouveau tracker connecté, Ingenious Things vise un marché industriel international. Même si le concept est en cours de développement et de validation, la startup va accompagner quelques industriels jusqu'à la mise en production de leur projet.

"A Végas, je souhaite identifier des sociétés cibles. Nous sommes très heureux qu'Enedis ait choisi de nous accompagner, ce sont eux qui nous ont sollicité. Ils sont typiques du marché industriel à qui ce tracker peut rendre de grands services. S'ils en équipaient les tourets de câble électrique, par exemple, cela leur permettrait de savoir où sont les objets, quand ils sont sorties du stock, combien de temps... pour un coût très faible," poursuit-il.

Seule ombre au tableau : la question de la récupération des tracker.

"Nous sommes encore en réflexion pour trouver une solution pour ne pas les abandonner dans la nature. Nous étudions le principe de leur réutilisation et de leur récupération. Nous serons aussi en avance sur cette question", estime-t-il.

Seul puydomois à exposer au CES cette année, Ingenious Things est également sélectionné pour la session de pitch du village francophone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :