[Les transformateurs] Florence Agostino-Etchetto, la décloisonneuse

 |   |  289  mots
(Crédits : DR)
Cette spécialiste de l'innovation dans le domaine de la santé occupe avec passion la direction générale du pôle de compétitivité Lyonbiopôle, qui regroupe l'ensemble des acteurs de la filière.

Tout l'été, La Tribune diffuse les portraits détaillés des 30 personnalités de la région qui incarnent une vision de l'avenir initialement publié dans son hebdomadaire du 7 juin 2019 consacré au prix "Transformons la France".

Il y a des mots qui reviennent souvent dans la bouche de Florence Agostino-Etchetto : "transversalité", "partenariat", "mise en réseau", "rencontre", "compétences croisées". Directrice générale depuis 2013 de Lyonbiopôle, elle anime avec enthousiasme le puissant pôle de compétitivité au rayonnement mondial qui fédère plus de 220 adhérents (entreprises de toutes tailles, établissements de santé, structures de recherche, fondations...) dont la mission est de soutenir des projets innovants dans le secteur de la santé.

Avec, donc, un mot d'ordre, le décloisonnement entre tous les acteurs de la santé - ce qui n'est pas une évidence - afin d'imaginer les technologies, produits et services de demain "pour une médecine personnalisée au bénéfice des patients".

Enrichissement mutuel

"Les différents acteurs de la santé gagnent à s'ouvrir à de nouveaux horizons pour bénéficier d'un enrichissement mutuel. L'alliance des entreprises et du monde académique permet de déployer des projets innovants et disruptifs. Au cours des cinq dernières années, Lyonbiopôle a cofinancé 246 projets pour plus de 1 milliard d'euros d'investissements", rapporte cette ancienne directrice de l'innovation des Hospices civils de Lyon (HCL), qui affirme "avoir toujours voulu donner un sens " à son activité professionnelle.

"Être un rouage utile pour que des gens différents se rencontrent est passionnant et stimulant. J'ai la chance de travailler dans le domaine de la santé publique qui a l'énorme enjeu du bien-être des populations."

 Florence Agostino-Etchetto apporte, à son niveau, sa pierre à l'édifice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2019 à 9:32 :
On nous parle de libéralisme alors que les innovations économiques les plus intéressantes se font via des acteurs payés par le public.

Ne serait il pas temps de mettre le secteur privé face à ses responsabilités enfin ?

"J'ai la chance de travailler dans le domaine de la santé publique qui a l'énorme enjeu du bien-être des populations"

Ce n'est pas la peine d'an faire des caisses non plus, quand on voit la nullité du secteur pharmaceutique et la commercialisation des actes de soins... Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :