Medtech : Dessintey lève un million pour la rééducation post-AVC

 |   |  438  mots
(Crédits : DR)
La startup stéphanoise annonce une levée de fonds d’un million d’euros destinée à accélérer la commercialisation de son dispositif de rééducation post-AVC.

La start-up medtech vient de lever un million d'euros auprès de Sham Innovation Santé, du Crédit Agricole Loire Haute-Loire Capital Innovation et d'un investisseur privé, professionnel de la santé.

Objectif : accélérer la commercialisation de son dispositif médical, générateur d'illusions visuelles, destiné à la rééducation motrice post-AVC, au traitement des douleurs chroniques et aux douleurs consécutives à une amputation.

Un an après avoir obtenu le marquage CE, Dessintey a déjà vendu 25 dispositifs en France et attaque l'export avec des premières touches en Suisse et en Allemagne.

Thérapie miroir

Dessintey avait été créée en juin 2017 par le professeur Pascal Giraux (chef de service rééducation adulte au CHU de Saint-Etienne), Nicolas Fournier (ingénieur et entrepreneur), et Davy Luneau (spécialiste des sciences de la motricité), sur la base d'une idée de Pascal Giraux remontant aux années 2000 autour du concept de la thérapie miroir. Une thérapie conduisant à leurrer le cerveau, après un AVC notamment, pour lui faire croire que le membre supérieur lésé fonctionne et le pousser ainsi à réactionner la commande centrale.

"La thérapie miroir existait dans la littérature médicale depuis longtemps mais était assez difficile à mettre en œuvre de façon pratique", explique Nicolas Fournier.

L'IVS3 (Intensive Visual Simulation), c'est le nom de l'innovation de Dessintey, fonctionne avec un logiciel, une caméra et un système d'écrans. Il remplace l'image du membre malade par une image de mouvement créé à partir du membre valide.

"L'illusion générée aide à reconstruire les circuits moteurs et sensoriels en stimulant la plasticité cérébrale du patient ".

Renforcer la R&D

Grâce à cette levée de fonds, Dessintey espère déployer plus largement son dispositif en Europe (Allemagne, Autriche, Italie, Espagne et les pays nordiques). Elle estime un potentiel de marché européen de 4 000 centres consacrés aux soins de suite et de réadaptation. La hausse du nombre d'AVC, 150 000 par an, devrait également démultiplier les besoins en rééducation.

"L'ambition est d'améliorer encore l'IVS3 avec des compléments mais aussi de concevoir de nouveaux dispositifs de rééducation pour d'autres pathologies".

Elle souhaite aussi renforcer sa R&D. Un responsable R&D vient ainsi d'être recruté, deux autres personnes devraient le rejoindre dans les prochains mois. L'équipe Dessintey compte actuellement 7 personnes, dont les trois associés. Quatre recrutements sont en cours. Sous cinq ans, la startup vise un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros avec 35 salariés. Elle devrait réaliser une nouvelle levée de fonds d'ici à 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :