"Ce sont les auto-écoles en ligne qui sont rétrogrades ! " (Sophie Karsenty, CNPA)

 |   |  482  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Gérante d'une auto-école, Sophie Karsenty est également la présidente du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), section éducation routière, dans le Rhône.

Vous restez mobilisée contre l'ubérisation du permis de conduire. Pensez-vous réellement pouvoir faire reculer le gouvernement là où les taxis n'y sont pas parvenus avec des revendications similaires ?

Oui, nous espérons faire bouger le gouvernement. Il faut avoir bien conscience que l'on parle de jeunes de 15 à 18 ans qui apprennent à conduire. On touche donc à la sécurité routière. Nous rencontrons des élèves qui nous disent qu'ils n'apprennent rien avec les plateformes en ligne ! Car les moniteurs indépendants qui travaillent pour les auto-écoles en ligne n'ont aucune pression quant aux résultats des élèves qu'ils accompagnent. Comme les élèves passent ensuite le permis en candidat libre, il n'existe aucun moyen de contrôle du taux de réussite des auto-écoles en ligne. Ces plateformes sont un miroir aux alouettes.

Vous espérez la fermeture des auto-écoles en ligne ?

On ne veut pas qu'elles cessent leur activité, mais simplement que les règles soient les mêmes pour tout le monde. Nous considérons qu'il y a un lien de subordination entre les moniteurs indépendants et ces plateformes, nous devons donc payer les mêmes charges. Alors, soit on diminue nos charges, soit on augmente...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :