Smart City : les futures navettes reliant le Parc OL au tramway testées en conditions réelles

 |   |  482  mots
(Crédits : Sytral)
En cours de test sur le site de Transpolis dans l'Ain, les deux navettes circuleront à Décines dès cet été.

Après Navly à la Confluence, les Lyonnais vont devoir se familiariser avec son clone entre le Parc OL et la station de tramway Decines Grand Large.

Dès cet été, les deux navettes seront opérationnelles sur ce parcours avec à la clé quelques nouveautés : d'abord la vitesse d'exploitation qui sera de 18 km/h contre une dizaine à la Confluence et surtout les conditions de circulation, puisque Navly évoluera au milieu du flot de circulation, sans site propre.

Presque opérationnelles

Pour pouvoir affronter le flot de véhicules, mais aussi déjouer les incursions sur la chaussée de piétons imprudents, composer avec les cyclistes ou encore éviter un véhicule à l'arrêt, Navly est actuellement en cours d'apprentissage. Le cursus se déroule sur le site de Transpolis dans l'Ain.

Plus de 80 hectares de "ville laboratoire", où l'on a créé de toutes pièces le parcours que devra emprunter Navly entre Décines et le Parc OL. Et reproduit l'ensemble des contraintes.

"Nous avons notamment des carrefours complexes à franchir, ainsi que des passages de feux tricolores", explique Pascal Jacquesson, directeur général de Keolis Lyon.

Navly a d'ores et déjà mémorisé son parcours et montré que sa vitesse de croisière de 18 km/h était facile à tenir. Mais il lui faut encore parfaire son cheminement et notamment ses réactions face à des imprévus.

C'est pourquoi les tests prendront fin en mai pour une mise en circulation à Décines "avant cet été", promet Fouziya Bouzerda, la présidente du Sytral.

Ces navettes circuleront alors tout les quart d'heure, sur 1,3 kilomètre, soit 15 minutes de parcours, du lundi au samedi entre 8h30 et 19h30, sauf les soirs de match. Elles seront gratuites durant tout le temps de l'expérimentation qui s'inscrit dans le cadre du d'un projet européen AVENUE sur les nouvelles mobilités qui a permis, entre autres, d'acquérir ces deux véhicules pour 437 000 euros.

Un mode de transport supplémentaire

Totalement intégrées au réseau TCL, ces navettes autonomes devraient à terme faire partie de la palette de modes de transports en commun à Lyon.

"L'enjeu : desservir le dernier kilomètre et à terme pouvoir offrir un transport à la demande, sans compter la préservation de l'environnement puisque ces navettes sont électriques", souligne Fouziya Bouzerda.

Pour l'heure, le Sytral n'est pas plus précis sur les sites susceptibles d'être desservis en navette autonome, mais il multiplie les initiatives pour parfaire cette technologie en partenariat avec Keolis et Navya, constructeur de la navette.

Des partenaires qui viennent ainsi d'obtenir le feu vert du ministère pour faire rouler la navette Navyly à la Confluence sans opérateur à son bord.

"Nous sommes sur un site où les essais ont prouvé leur fiabilité donc le ministère nous autorise à tester désormais les opérateurs déportés", explique Pascal Jacquesson. Un nouveau pas en avant pour Navly.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :