CES 2019 : Auvergne-Rhône-Alpes privilégie la qualité à la quantité

 |   |  558  mots
(Crédits : CCI Paris IdF)
Du 8 au 11 janvier, toute la planète “tech” se donne rendez-vous à Las Vegas pour découvrir – et faire connaître – les dernières innovations marquantes. La délégation Auvergne-Rhône-Alpes accompagne cette année une quarantaine d’entreprises qui se distinguent par la qualité de leurs innovations.

Pour sa sixième participation au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, le grand rendez-vous mondial de l'électronique grand public, la délégation régionale joue la carte du collectif.

Dans le sillage de la région Auvergne-Rhône-Alpes, de multiples partenaires comme Minalogic et Auvergne Rhône-Alpes Entreprises, mais aussi le CEA tech, Digital League et deux écoles de commerce (emlyon Business School et l'ESC Clermont) qui mettent leurs étudiants à disposition des startups exposantes pour les aider à promouvoir leur activité sur place.

Un collectif régional qui ne se ressent pourtant pas au niveau national : Auvergne-Rhone-Alpes est la seule région de France, avec Grand-Est, à avoir choisi de ne pas se placer sous le pavillon France.

"Nous avons choisi de consolider notre présence régionale et ainsi donner une image cohérente et bien organisée de nos actions envers les acteurs du numérique", justifie Juliette Jarry, vice-présidente déléguée aux infrastructures, à l'économie et aux usages numériques.

Ensemble, elles accompagnent cette année une quarantaine d'entreprises : 22 jeunes pousses sur le pavillon régional au sein de l'Eureka Park, dix sont disséminées sur les espaces Business France, French IOT ou au CEA, le reste est uniquement des "visiteurs".

Montée en gamme

Si le nombre d'entreprises exposantes est un peu moins importante que l'année dernière (42 en 2018), c'est pour "privilégier la qualité de l'accompagnement", explique l'ensemble de la délégation.

"C'est une chance extraordinaire de pouvoir exposer au CES, mais cela ne sert à rien si on n'est pas préparé. Il faut pouvoir émerger parmi les milliers d'entreprises présentes, mais aussi capitaliser face aux nombreux grands groupes visiteurs et investisseurs potentiels. Nous les avons préparés à affronter le salon, mais aussi à réaliser un suivi fructueux de leurs échanges pour leur retour", explique Philipe Wieczorek, directeur du groupe Logiciel pour Minalogic et fin connaisseur du CES.

Ainsi, Minalogic a organisé près de 8 cessions de préparation à l'aide de la vingtaine de partenaires réunis autour du projet CES 2019.

Une sélection plus stricte qui privilégie la qualité à la quantité, qui se ressent dans les prix récoltés : 14 innovations awards ont été décernées aux entreprises régionales, dont six (un record) pour le Savoyard Pixminds.

Intérêt des décideurs

Si les startups peuvent profiter de leur présence pour tester le marché américain ou rencontrer des investisseurs, de plus en plus d'entreprises y viennent pour faire le plein d'innovation.

"Le CES est un catalyseur d'innovation, trois quarts des visiteurs sont désormais du niveau direction générale/Comex alors qu'auparavant c'était plutôt des collaborateurs estampillés "Tech"", estime Philipe Wieczorek.

Ce dernier, en plus de sa présence auprès des startups, fait visiter le salon à des délégations de grandes entreprises régionales comme Michelin, qui dépêche sur place une centaine de collaborateurs.

"C'est rentable pour une entreprise. En une semaine, on peut réaliser au salon près de 30 à 40 rendez-vous, ce qui économise plusieurs semaines de voyages", poursuit-il.

Pour accompagner cette évolution, la Région a mis en place, via son agence économique Auvergne Rhône-Alpes Entreprises, un accompagnement "probusiness" aux entreprises régionales non-exposantes. Elles sont ainsi presque une dizaine à avoir opté pour cette nouveauté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :