Thierry Mandon : "Mon projet pour la Cité du design"

 |   |  973  mots
(Crédits : Pierre Grasset)
Thierry Mandon, ancien secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur sous le mandat de François Hollande (2015-2017), est aux manettes de la Cité du design de Saint-Etienne depuis le 3 septembre. Il nous livre en exclusivité ses premiers axes de travail. Parmi ses priorités : la création d’une filiale commerciale de transfert et l’aménagement d’un espace de 150 m² dédié à l’éducation au design.

Acteurs de l'économie-La Tribune. Vous avez pris la direction de la Cité du Design depuis un mois. Quel est votre premier diagnostic ?

Thierry Mandon. Je constate qu'il y a un écart assez considérable entre la situation concrète de la Cité et les attentes qu'elle génère. Je m'explique : la Cité a une image très forte, avec des moyens suffisamment importants apportés par la Région et la Métropole, elle dispose d'une aura internationale incontestable grâce notamment au label Ville Créative Unesco. Mais il faut encore faire monter ce projet pour le mettre au niveau des attentes des citoyens et des élus. Le projet est déjà remarquable, il doit encore être consolidé. Au niveau local comme au niveau national ou international.

Saint-Etienne, capitale française du design. Rêve ou réalité ? Ne se fait-elle pas rattraper par des villes comme Lille ?

Objectivement non. Saint-Etienne est le seul endroit en France où vous avez une école de design implantée dans un tel bassin de créativité (Mixeur, Usine Créative...), un écosystème économique local, des designers organisés etc. Il n'y a pas de concurrent aujourd'hui, hormis peut-être Paris. Et encore... ce n'est pas aussi bien organisé...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2018 à 20:37 :
Enfin un vrai projet pour la cité du design. S’affranchir du financement de SEM ( 3/4 de 10 millions de budget ) en valorisant la notoriété de la marque via une filiale commerciale. Il fallait y penser. Enfin, donner à l’ESADSE la dimension internationale qu’elle mérite. Thierry Mandon n’a pas manqué son entrée.
a écrit le 10/10/2018 à 13:36 :
Il y a une solution juridique intéressante à explorer si la future filiale commerciale de la cité du design souhaite associer l'association des designers, ainsi que les autres parties prenantes (entreprises, collectivités...) au capital : c'est de choisir un statut SCIC (SARL, SA, SAS)...qui est un statut bien adapté pour des projets de développement économiques à finalité sociétale et territoriale...
+ d'infos sur http://www.les-scic.coop/sites/fr/les-scic/les-scic/qu-est-ce-qu-une-scic.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :