Un pôle de compétitivité mondial du végétal en Auvergne

 |   |  704  mots
(Crédits : DR)
Céréales Vallée et Nutravita fusionnent pour devenir le leader européen des ingrédients fonctionnels prévention-santé d'origine végétale. Elles visent un marché en pleine croissance : la prévention santé.

Le conseil d'administration du Cluster Nutravita (1 900 salariés hors grands groupes,  470 millions d'euros de chiffre d'affaires) a validé le projet de fusion avec le pôle de compétitivité Céréales Vallée (115 adhérents dont 85 entreprises, 330 projets, 626 partenaires projets, 540 millions d'euros de chiffre d'affaires). Fortes de leurs complémentarités, les deux structures portent désormais une ambition commune : devenir le leader européen en prévention-santé des ingrédients fonctionnels d'origine végétale.

"En 2050, un tiers de la population française aura plus de 60 ans. A l'échelon mondial, le nombre d'adultes souffrant de maladies chroniques est passé de 108 millions en 1980 à 422 millions en 2014, soit 8,5 % de la population mondiale. Le vieillissement de la population est un sujet majeur de notre société, qu'il faut anticiper.

L'alimentation et la nutrition sont des leviers essentiels pour prévenir les désordres métaboliques qui sont associés à ce vieillissement. La naturalité est également une demande forte du marché", explique Philippe Laurent, président de Nutravita.

En Auvergne, de nombreuses entreprises (Greentech, Pileje, Dômes Pharma, les Laboratoires Théa...) ont trouvé de réelles opportunités sur ce secteur. Elles s'appuient sur des compétences publiques reconnues (CRNH Auvergne, Inra, Université Clermont Auvergne, CHU...) et sur un soutien dans le cadre de l'I-Site Clermont CAP 20-25.

Compétences reconnues

Le nouvel ensemble Céréales Vallée-Nutravita ambitionne de s'ouvrir à l'international en s'appuyant sur des compétences reconnues.

"Pour se démarquer et s'inscrire à l'international, les entreprises doivent porter une offre différenciante, en particulier en sécurisant et en maîtrisant les filières d'approvisionnement des matières premières", précise Bernard Bejar, directeur de Céréales Vallée.

"Détenir la valeur stratégique du produit fini, par les ingrédients fonctionnels innovants et caractérisés qui le constituent et valider scientifiquement l'effet prévention-santé de la solution nous permettront de réussir sur ce marché", entonnent les deux hommes.

Du champ à l'extrait végétal

Depuis 2005, Céréales Vallée, spécialisé dans les filières grandes cultures (céréales et oléoprotéagineux), propose une expertise sur l'approvisionnement amont et la production végétale. Le pôle de compétitivité intègre des compétences publiques et privées sur les techno-semences, sur l'expérimentation culturale et les parcours culturaux, la connaissance des sols et les interactions sols-microorganismes. De son côté, fort d'une stratégie orientée de longue date vers le développement de produits nutritionnels validés scientifiquement, le cluster Nutravita offre une valeur ajoutée sur le marché de la prévention-nutrition-santé.

L'association des deux structures permettra de maîtriser le savoir-faire du champ à l'extrait végétal caractérisé. Chaque réseau pourra ainsi accéder à de nouvelles expertises et collaborations possibles, à de nouveaux leviers d'innovation. Les adhérents de Nutravita auront accès à des productions organisées et tracées et bénéficieront du rayonnement d'un pôle de compétitivité. Céréales Vallée disposera d'un levier supplémentaire pour augmenter le revenu des exploitants agricoles par la diversification et la valorisation de leur production.

Laboratoire d'innovation territorial

L'un des atouts majeur de ce futur pôle de compétitivité mondial c'est le laboratoire innovation territorial. La plaine de la Limagne Val d'Allier, l'une des terres les plus riches d'Europe, est aujourd'hui un espace d'accueil et d'émergence de projets qui permet de concevoir, évaluer et diffuser des solutions innovantes avec les agriculteurs dans une démarche d'innovation ouverte et participative.

Le nouvel ensemble proposera une offre unique sur le territoire, qui s'appuiera sur une filière maîtrisée de la production végétale jusqu'à la validation préclinique et clinique des ingrédients destinés à l'alimentation animale, au secteur agroalimentaire ou encore à la pharmacie.

"Ce rapprochement s'inscrit dans un projet plus large. En effet, l'actuelle réforme des pôles de compétitivité nous amènera dès 2019 à devenir le pôle de compétitivité mondial du végétal", ajoute Bernard Bejar.

Les assemblées générales extraordinaires des deux entités qui se tiendront le 3 décembre 2018 valideront formellement la création d'une seule et même structure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :