Clermont-Ferrand : le campus des métiers de l'industrie Hall 32 opérationnel en 2019

 |   |  509  mots
La friche industrielle en cours d'aménagement qui accueillera Hall 32
La friche industrielle en cours d'aménagement qui accueillera "Hall 32" (Crédits : DR)
Sur le site Michelin de Cataroux, le Centre des métiers de l'industrie "Hall 32" doit répondre au défi de la pénurie de main d'oeuvre dans les métiers de l'industrie.

Le centre des métiers de l'industrie, Hall 32, implanté dans des locaux mis à disposition par Michelin, juste derrière le stade de l'ASM, sera opérationnel des la rentrée 2019.

"C'est un projet unique en France que de proposer dans un lieu permanent plusieurs usages pour s'orienter, se former et trouver un emploi. Dans cet espace ouvert, favorisant l'égalité des chances et l'attractivité des métiers industriels, ce concept inédit et innovant a pour objectif de permettre une meilleure adéquation entre les offres de formation et les besoins des entreprises en apportant des réponses concrètes : informer, former, innover et mettre en réseau", explique Isabelle Sauret, présidente de 2Arami, l'association gestionnaire d'Hall 32, dont le conseil est constitué de représentants des six membres- fondateurs.

Faire entrer d'autres entreprises dans le jeu

Pour répondre à la pénurie de main d'oeuvre dans les métiers de l'industrie, Hall 32 ambitionne de créer une filière d'excellence pour l'apprentissage de ces métiers

"Je regrette cette anomalie française de considérer l'apprentissage comme une voix secondaire, alors que c'est une voie royale", souligne Jean-Dominique Senard, président du groupe Michelin.

En complément du système éducatif classique, ce lieu dédié casse les représentations négatives de l'industrie et réconcilie les jeunes avec ces métiers en tension.

La première mission de Hall 32 sera donc de faire connaître les métiers de l'industrie et de donner envie aux jeunes de s'engager dans ces métiers. En s'appuyant sur l'apprentissage, Hall 32 proposera des formations professionnelles d'excellence. En vitesse de croisière, le Centre prévoit d'accueillir 300 étudiants en formation initiale et 1 800 adultes en formation continue.

Les besoins identifiés dans les entreprises industrielles du territoire promettent 200 à 350 embauches annuelles réparties entre les fonctions dans la maintenance et la production. Pour compléter l'offre de formation déjà présente sur ce bassin d'emplois, Hall 32 dispensera des formations dans la maintenance, l'électricité, la production et la conception mécanique et le pilotage de ligne de production.

Pour soutenir l'innovation, Hall 32 mettra à disposition un FabLab et un Design Lab et des outils innovants "pour permettre à des TPE, des PME de valider leurs solutions et d'engager le dépôt de brevets".

Le lieu favorisera les rencontres entre apprenants, formateurs et entreprises. Pour permettre aux étudiants de trouver stages et emploi facilement, un bureau de stages accueillera les offres des entreprises et les CV.

Partenariat public/privé

"Hall 32 est la concrétisation d'un engagement public/privé sans précédent et de grande envergure", reconnaît Isabelle Sauret.

La structure dispose d'un financement d'environ 30 millions d'euros apportés par Michelin (13,8 millions d'euros), la Banque des Territoires (9,4 millions d'euros), la région Auvergne-Rhône-Alpes (3,2 millions d'euros) et Opcalia (1,3 millions d'euros). Ce budget finance la création du lieu et le démarrage de l'activité. La Banque de France, Limagrain, ViaMéca et le Rectorat de l'académie de Clermont-Ferrand apportent une contribution de compétences, comme la mise à disposition d'enseignants ou de collaborateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2018 à 18:33 :
Heureusement que l'on a encore quelques entreprises et chefs d'entreprises dynamiques car franchement l'éducation nationale et l'université en particulier avec un coût énorme n'apportent pas grand chose . Notre industrie reste quand même créatrice de richesses , malheureusement aujourd'hui elle représente 10 à 11% de notre PIB .....La situation est très alarmante .....très difficile d'inverser la tendance.
Bon courage à ceux qui ne baissent pas les bras ......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :