Seconde levée de fonds pour Lactips

 |   |  431  mots
(Crédits : DR)
L’opération va permettre à Lactips d’industrialiser son innovation : un plastique hydrosoluble et biodégradable à base de protéines de lait.

Lactips annonce une levée de fonds de 3,7 millions d'euros. La startup ligérienne fait ainsi entrer à son capital le Crédit Agricole Loire Haute-Loire, BNP Paribas Développement et BASF Venture Capital.

Il s'agit, d'ailleurs, pour ce dernier, de son premier investissement français en venture capital. Dans cette opération, Demeter, fonds d'investissement européen spécialisé dans la transition énergétique et écologique et présent au capital depuis 2015, renforce ses positions.

Lactips avait déjà réalisé une première levée de fonds d'1,2 million d'euros début 2016 et avait arraché une subvention européenne d'1,5 million à l'été 2017, dans le cadre de l'appel à projets européen H2020 "Instrument PME Phase 2".

Cette nouvelle manne financière de 3,7 millions d'euros, supérieure donc aux 3 millions d'euros espérés il y a un an lors du lancement de la démarche, va lui permettre de démarrer la production à l'échelle industrielle de son innovation : un plastique hydrosoluble et biodégradable à base de protéines de lait.

Marché de la détergence

Créée en 2014 en région lyonnaise, Lactips est implantée depuis 2015 sur le site de Metrotech à Saint-Jean-Bonnefonds, près de Saint-Etienne (Loire). Pilotée par Marie-Hélène Gramatikoff, plasturgiste et spécialiste de la stratégie d'entreprise et Frédéric Prochazka, chercheur à l'université Jean Monnet de Saint-Etienne, la startup était jusqu'ici en phase de test et de calage.

Elle va désormais industrialiser son process, en premier lieu pour le marché des détergents. Elle vise "les grands industriels de la détergence", pour des films hydrosolubles permettant de conditionner de façon unitaire des produits en poudre ou en tablette (des produits pour lave-vaisselle ou pour la lessive par exemple).

"Nous répondons à une problématique majeure du marché des détergents, à savoir la mauvaise dissolution des plastiques hydrosolubles pétrosourcés. Notre solution permet une biodégradation complète et sans toxicité aquatique", explique Marie-Hélène Gramatikoff.

Prochainement, la startup sera par ailleurs capable de se positionner sur le marché de l'alimentaire avec une offre de films plastiques alimentaires dont le développement est en cours.

Pour déployer son outil industriel et accompagner sa croissance, la startup va investir dans l'implantation d'une nouvelle usine, toujours sur la métropole stéphanoise. Le lieu n'est pas encore défini. Deux lignes de production seront implantées dans un premier temps.

Lactips devrait recruter une dizaine de personnes d'ici à la fin de l'année, pour atteindre un effectif de 40 personnes. Son chiffre d'affaires pourrait atteindre les 20 millions d'euros d'ici à 3 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2019 à 14:32 :
Chirurgien viscéral retraité je serais intéressé par d’éventuelles applications médicales de vos films biodégradables s’ils sont également biocompatibles

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :