E-santé : comment Docapost s'appuie sur les startups locales

 |   |  1073  mots
(Crédits : ML)
Le marché des objets connectés dédiés à la santé pourrait atteindre 410 milliards de dollars en 2020, selon le cabinet Xerfi. Plongée dans le secteur de la e-santé, un domaine où le groupe La Poste croise son savoir-faire avec des startups d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour consulter cet article en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

Elles avaient toutes deux un stand dans les allées du salon VivaTech, qui s'est tenu du 24 au 26 mai à Paris Expo, à quelques pas de LVMH ou encore de Google... Les startups iséroises Diabeloop et Sublimed étaient présentes durant trois jours au grand rendez-vous de la technologie, à l'invitation du groupe La Poste afin de présenter leur produit dans son "Lab".

"Etre ici nous permet de bénéficier d'une vitrine, et de réfléchir aux collaborations possibles avec le groupe", dévoile Nicolas Karst, co-fondateur de Sublimed.

Son dispositif connecté de neurostimulation, destiné à traiter la douleur générée par les maladies chroniques, a été mis sur le marché il y a deux mois après l'obtention de son marquage CE. "Il est désormais disponible chez les grossistes de dispositifs médicaux sur ordonnance et remboursés par la Sécurité sociale".

Son prochain défi ? Doper la commercialisation de cet appareil, en allant rencontrer les médecins et notamment les centres de la douleur des hôpitaux. La jeune pousse s'apprête à effectuer une levée de fonds de 3 millions d'euros d'ici la fin de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :