Aéroports de Lyon veut (pro) pulser l'innovation

 |   |  453  mots
(Crédits : Olivier Chassignol)
En soutenant des projets développés par leurs collaborateurs ou par des startups, les Aéroports de Lyon veulent s'imposer dans l'innovation aéroportuaire. Dans ce cadre, un incubateur dont les contours restent à définir a été lancé en 2015. Nommé Air Pulse, il accompagne aujourd'hui six projets.

Un service de renvoi des objets interdits dans l'avion, ou un site de mise en contact des voyageurs dans les terminaux. Tels sont les projets qu'accompagne le programme Air Pulse des Aéroports de Lyon. Lancé en 2015, ce dispositif vise à "incuber et accélérer les projets des collaborateurs ou des startups", explique Arnaud Besson, des Aéroports de Lyon. Une sorte d'incubateur en somme.

Ainsi, une idée lancée par des employés du groupe est actuellement à l'essai : le renvoi des objets interdits dans les bagages en cabine vers les soutes. 1 000 objets sont ainsi potentiellement concernés, du canif hérité de son grand-père au shampooing. Depuis le lancement d'Air Pulse, cinq autres projets ont ainsi intégré le programme.

Eventuelle prise de participation

Dans le cadre de cette démarche d'innovation, les Aéroports de Lyon ont également signé des partenariats avec des startups dont le service peut être adapté au domaine aéroportuaire. A l'image de Kidygo, la jeune pousse spécialisée dans l'accompagnement d'enfants dans le train.

"Nous mettons en relation des familles et des voyageurs, qui se chargent de garder les enfants en échange d'une rémunération fixe ou équivalente au prix du...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :