OpenCar, le covoiturage local et gratuit à Grenoble

 |   |  548  mots
Les trois étudiants de l'IAE de Grenoble lancent leur plateforme de covoiturage local et gratuit.
Les trois étudiants de l'IAE de Grenoble lancent leur plateforme de covoiturage local et gratuit. (Crédits : DR)
François Fantin, Paul Feipeler et Lucas Durand, trois étudiants de l'IAE de Grenoble, lanceront leur site de covoiturage local et gratuit, OpenCar Grenoble, à la fin du mois. Un projet que ces étudiants entrepreneurs préparent depuis plus d'un an et demi. Si le concept séduit, ils espèrent alors le développer à Lyon, Chambéry ou encore Valence.

D'ici à la fin de mois, une plateforme de covoiturage va être lancée sur l'agglomération grenobloise : OpenCar Grenoble. Ce concept innovant a été développé par trois étudiants de l'IAE de Grenoble, François Fantin, Paul Feipeler et Lucas Durand. Sa particularité : proposer un covoiturage de proximité, dans un rayon de 35 kilomètres autour de la capitale des Alpes, mais surtout gratuit. "C'est là que réside la nouveauté", détaille François Fantin.

Pour l'instant, sur le site, seules les pré-inscriptions sont ouvertes aux conducteurs "pour pouvoir être en mesure de proposer assez de trajets lors du lancement officiel." Alors qu'ils tablaient sur environ 70 inscriptions, 115 automobilistes se sont déjà fait connaître.

De la fiction à la réalité

À l'origine, OpenCar Grenoble ne devait être qu'un projet étudiant.

"Nous nous sommes rencontrés lors de notre première année de master. Nous devions créer une entreprise fictive", se souvient François Fantin.

Finalement, les trois étudiants décident de se lancer, et fondent leur SAS, sans "aucun budget" au départ.

Ils remportent quelques concours, celui de la fondation Vinci autoroute notamment, ce qui leur permet de gagner près de 10 000 euros, de quoi développer le site et lancer la communication autour du projet. Dans le même temps, ils continuent leurs études au sein de l'IAE, avec un statut d'étudiant-entrepreneurs.

La gratuité comme modèle

Pour se démarquer des plateformes de covoiturage locales classiques, les trois hommes misent sur la gratuité. Le principe est plutôt simple : les conducteurs accumulent des points en fonction du nombre de kilomètres qu'ils parcourent et de personnes qu'ils transportent. Ces points peuvent ensuite être échangés sur le site contre des menus au restaurant, des forfaits de ski, des places de spectacle... Un ensemble de lots mis à disposition par les partenaires d'OpenCar Grenoble.

"Nous comptons 32 partenaires actuellement, mais à terme, nous espérons en attirer au minimum 70", explique François Fantin.

Car c'est là que réside le business modèle du site, comme l'explique le créateur d'OpenCar :

"Les établissements partenaires deviennent des référents dans leurs quartiers pour le lieu de rendez-vous des covoitureurs. Ils apparaissent donc sur le site, dans un espace où ils peuvent par exemple se décrire, promouvoir leurs événements. En échange, ces partenaires nous rémunèrent pour moitié en cadeaux, pour l'autre moitié en numéraire."

8 000 utilisateurs

À Grenoble, "la demande est plutôt forte au niveau des mobilités, et surtout des mobilités à caractère écologique", souligne François Fantin, surpris par les retours plutôt positifs de la part des conducteurs, dont la moyenne d'âge se situe entre 35 et 40 ans, alors même que leur cœur de cible initial se trouvait être les étudiants ou jeunes actifs.

En pensant leur business model, les trois étudiants-entrepreneurs avaient envisagé des trajets liés aux loisirs et non pas aux déplacements quotidiens, "mais avec ce principe des établissements référence, cette possibilité peut aussi se mettre en place."

2016 sera une année test. "Nous espérons atteindre 8 000 utilisateurs, dont 1 000 conducteurs, d'ici à un an", ajoute François Fantin. Si le concept fonctionne, le but est de l'élargir à d'autres villes de la région, telles que Lyon, Valence ou Chambéry.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :