L'Auvergne mise sur la filière 3D métal

 |   |  307  mots
L'impression 3D métal permet d'envisager la réalisation de pièces extrèmement précises
L'impression 3D métal permet d'envisager la réalisation de pièces extrèmement précises (Crédits : Reuters)
Lors de sa dernière session avant la fusion avec Rhône-Alpes, le Conseil régional d'Auvergne a voté, mardi, un gros coup de pouce financier à la filière 3D métal, via une joint-venture détenue à 50% par Michelin.

Avant de disparaître pour fusionner avec Rhône-Alpes, la région Auvergne a décidé d'octroyer une aide importante de 6,3 millions d'euros à la future filière 3D de fabrication additive métal dans la région. Plus de 4 millions iront ainsi à la joint-venture Fives Michelin Additive Solutions (FMAS), créée en septembre dernier entre Michelin et Fives pour développer et commercialiser à l'échelle mondiale des machines et des ateliers de production industriels via la technologie de fabrication additive métallique.

"Ce dossier primordial pour la région repose sur un partenariat public/privé qui s'est beaucoup développé ces dernières années, souligne Hamid Berkani. C'est une nouvelle manière de travailler et de faire des choix économiques pour l'avenir".

Futur pôle de compétitivité

La future filière impression 3D métal se construira dans un premier temps en lien avec le Pôle de Compétitivité ViaMéca. Les acteurs auvergnats, de leur côté, ont jusqu'en 2023 pour constituer un nouveau Pôle de Compétitivité, co-financé par les pouvoirs publics et les capitaux privés, dont le leader sera FMAS. Ce projet collaboratif associe 11 partenaires de référence :  les développeurs de poudre comme Constellium et Eramet ; les concepteurs et fabricants de machines et de solutions numériques : FMAS, Dassault Systèmes, ESI ; les industriels utilisateurs finaux réalisant les tests et qualifications : Zodiac Aéro, Safran, Fusia, Michelin, 3A (bureau d'études) et enfin les laboratoires de recherche : CNRS, Centrale Supélec et IPC.

"Le coût total de ce projet, en cours de finalisation, sera de l'ordre de 40M€ sur 7 ans, mais les aides de 6,3 millions d'euros votées par la région mardi ne seront destinées qu'aux entreprises du territoire", précise le Conseil régional qui parie sur l'avenir de l'impression 3D métal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :