Rossignol mise sur l'innovation pour rester leader

 |   |  475  mots
(Crédits : DR)
Rossignol reste un solide leader mondial et national sur le marché des sports d'hiver avec entre autres près de 900 000 paires de skis vendus par saison. Son leadership passe par une politique de développement qui repose sur l'innovation. Résultat, chaque année c'est un tiers de la gamme qui est renouvelé.

223 millions d'euros de chiffre d'affaires consolidés, 1 211 salariés dans le monde, 700 en France, 20,4 % de parts de marchés dans le monde et 51 % en France... Le groupe Rossignol est l'incontestable leader mondial dans le domaine du ski. Autre indicateur de poids, l'équipementier vend près de 900 000 paires de skis (NDLR sous la marque Rossignol ou Dynastar) par an. Cette mainmise s'explique par la qualité des produits et de fait par un souci constant d'innover. « L'innovation est en effet dans notre ADN, souligne Jean-Christophe Deborde, responsable de la promotion France, et cette philosophie nous permet de garder le cap ».

Deux ans d'études et d'essais

Le sens de l'innovation remonte aux origines de la marque qui s'est très longtemps focalisée sur le ski professionnel de haut niveau. « Nous avons conservé cette culture, souligne Jean-Christophe Debord, mais nous l'adaptons à l'ensemble de nos produits. Et c'est ce qui fait notre force ». Le service R&D est à pied d'œuvre en permanence. Il lui faut deux ans de travail afin de mettre au point une nouveauté : réflexion, conception, essai, etc. Au final, Rossignol se fait un devoir de renouveler un tiers de ses produits chaque saison. Au total, l'équipementier propose huit gammes : ski nordique, free, snow etc. pour une quarantaine de modèles. Du côté de l'investissement, le groupe reste plus discret et ne communique pas précisément sur l'enveloppe budgétaire allouée à l'innovation. Se contentant d'évoquer quelques millions...

Une communication innovante

L'innovation produit se décline évidemment en termes de communication. En leader mondial, Rossignol est rompue aux nouvelles techniques : web, réseaux sociaux, etc. sans parler des outils classiques : Relations presse, salons spécialisés... Mais le groupe a su aussi là innover en matière de Com et construire autour de ces nouveaux produits un véritable univers. « Chaque fois que nous sortons un modèle, une gamme que sais-je encore, nous bâtissons un véritable univers. En somme, on raconte une histoire. C'est ce qu'on appelle du brand content, précise Jean-Christophe Deborde, qui repose en grande partie la création de chaînes Youtube, site et Facebook dédié. Nous essayons là aussi d'être novateur ». À l'image du groupe qui vient de décider de se lancer dans le textile urbain toute saison. Une grande première. On devrait connaître les grandes lignes de cette stratégie au début du printemps.

La marque a toutefois également annoncé ce vendredi des jours de chômage partiel pour son usine de Sallanches (Savoie). Dans un communiqué, l'entreprise indique que ces mesures « ne remettent pas en question la bonne dynamique du groupe sur ses marchés en France et au niveau mondial et ne questionnent en aucun cas l'avenir du site ». Mais la CGT avait fait part de son inquiétude dès jeudi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :