NeoMedLight donne de la lumière aux tissus pour soigner

 |   |  443  mots
(Crédits : reuters)
NeoMedLight SAS, filiale de Brochier Technologies, annonce avoir bouclé un financement de 3 millions d’euros. Elle espère obtenir le marquage CE et l’approbation par la FDA de son premier produit textile, sous la technologie Lightex, d’ici à décembre prochain.

C'est, en quelque sorte la spin off, d'une start up. NeoMedLight a pris son envol, en mars 2014, de Brochier Technologies, un spécialiste du tissage de la fibre optique lui même né, en 2007, de Brochier Soieries basé à Lyon. « L'univers de la santé est spécifique à tous égards : règlementaire, commercial et technique », explique Pierre Saint-Girons, Pdg et co-fondateur de NeoMedLight SAS. En « s'autonomisant » tout en restant une filiale majoritaire de Brochier Technologies, cette activité vient de réussir, non sans peine, à boucler un financement de « 3 millions d'euros, en capital et en dettes », poursuit le dirigeant. Ce cash apporté par quatre contributeurs (AGC Management/Viveris, Institut Mérieux Europe, HARA et Simba Santé) devrait lui suffire pour atteindre des comptes équilibrés. Autrement dit, elle ne devrait pas avoir à effectuer une nouvelle levée de fonds, tout au moins avec les projets en cours.

La jaunisse du nouveau né

A partir de la technologie  « Lightex », brevetée par Brochier Technologies, NeoMedLight développe des utilisations dans l'univers de la santé. Ainsi, la première application, envisagée depuis 2010, concerne la photothérapie du nouveau né atteint de jaunisse. Aujourd'hui, le nourrisson souffrant d'un ictère est placé, le plus souvent, dans un tunnel luminescent. Avec la solution Lightex, « il sera emmailloté dans une espèce de sac de couchage lumineux », décrit  Pierre Saint-Girons. Il n'a pas été nécessaire de pratiquer des essais in vivo car la longueur d'onde et la puissance de la lumière pour faire baisser le taux de bilirubine sont connues et validées. Le matériel lyonnais a été testé in vitro à l'Université de Stanford en Californie.

Concurrence américaine

La compétition est ouverte : un entreprise américaine a sorti une innovation sous forme de matelas lumineux à LED. NeoMedLight SAS espère, elle, obtenir d'ici à décembre prochain, le marquage CE et l'approbation par la FDA américaine de son produit, au stade du prototype. D'autres usages sont d'ores et déjà identifiés pour ce tissu : maladies de peau (psoriasis), plaies chroniques ou encore traitement de la douleur. NéoMedLight, compte aujourd'hui 5 collaborateurs (ingénieurs) et prévoit de créer des emplois, surtout chez des prestataires externes.

Tradition familiale de soyeux

Brochier Soieries, fondé en 1980 par Cédric Brochier, en s'appuyant sur un savoir faire familial datant de 1890, fabrique des foulards et autres accessoires en soie. Il a commencé, en 1999, dans le tissage de la fibre optique à laquelle sont connectés des diodes pour rendre les tissus éclairants. Brochier Technologies dit employer aujourd'hui une quinzaine de salariés pour 1 million de chiffre d'affaires avec des débouchés dans l'automobile et le bâtiment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :