La banque éthique Nef renforce son ancrage dans le paysage financier

 |   |  633  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Depuis le 4 avril, les professionnels peuvent disposer d'un compte courant au sein de la banque éthique lyonnaise. Et les particuliers y souscrire directement un livret. Une nouvelle étape vers une plus grande institutionnalisation de la coopérative bancaire.

Cette fois, c'est fait ! La Nef est bien une banque de plein exercice. Désormais dotée d'un système d'informations lui permettant d'effectuer l'ensemble des opérations bancaires et autorisée par la Banque de France à réaliser ces dites opérations, la Banque éthique lyonnaise propose un compte courant aux professionnels depuis le 4 avril.

"Ce produit est destiné aux entreprises et aux associations, mais nous nous réservons le droit de refuser un client pour des raisons éthiques. Ainsi, si nous constatons de façon objective que l'argent qui nous est confié provient de circuits très spéculatifs ou de sources que nous ne pouvons pas contrôler, nous n'accepterons pas ce client. Il en va de même si nous constatons qu'une entreprise qui nous sollicite travaille sur des projets remettant en cause les principes de la RSE", précise Frédéric Moukarim, directeur du développement de la Nef.

Le round d'essai avec les pros

Accessibles aux entreprises et aux associations, ce compte courant "pro" a valeur de test pour la banque éthique (présidée par Jean-Marc de Boni) qui entend donc le faire monter en puissance petit à petit, avant de le proposer aussi aux particuliers.

"Pour l'instant, les...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2016 à 15:49 :
Bonne chance! s'il y a une alternative fiable et solide face aux prédateurs de la finance, tout ira mieux. Il ne faut jamais oublier qu'un autre monde est possible.
Réponse de le 29/04/2016 à 13:49 :
Non, tout n'ira pas mieux pour autant, vu que même les coops et les financements participatifs se retrouvent à un moment en concurrence et "que le meilleur gagne" à la fin ("que les autres perdent"), reste le système fondateur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :