Bpifrance a réussi son décollage en Rhône-Alpes

 |   |  685  mots
BPifrance a soutenu plus de 11000 entreprises en 2013 comme Aspide Médical
BPifrance a soutenu plus de 11000 entreprises en 2013 comme Aspide Médical (Crédits : DR)
En 2013, l’établissement public né du rapprochement de plusieurs structures, a vu son activité progresser dans tous ses domaines d’intervention. Il a apporté son soutien à près de 11 800 entreprises du territoire, en hausse de 9 % versus 2012.

Halte à la sinistrose. « Certes l'environnement économique reste dans un ventre mou mais, en Rhône-Alpes, les indices de confiance des Pme sont plus élevés qu'à l'échelle nationale selon l'enquête de conjoncture de janvier 2014. Une fois de plus il se démontre que l'innovation et l'international sont les clefs du succès des entreprises », a insisté Arnaud Peyrelongue, directeur du réseau Sud Est de Bpifrance, en présentant le bilan d'activités 2013 de cet établissement public né, il y a un peu plus d'un an, du rapprochement entre Oséo, CDC entreprises, le FSI et FSI Régions.

 Mesures de qualité des interventions

Pour Jean-Jack Queyranne, président du conseil régional, avec il ne fait pas de doute : Bpifrance « a réussi son décollage en Rhône-Alpes ». Le Comité régional d'orientation de bpifrance RA, instance de dialogue qu'il préside, et associe l'ensemble des partenaires économiques du territoire, s'est prononcé pour la mise en place d'indicateurs qualitatifs des interventions de cette banque qui de longue date coopère avec la Région. Ces évaluations seront disponibles pour les citoyens « car il s'agit d'argent public », a justifié le président Queyranne. Et celui-ci de formuler, en passant, le vœu que « le deuxième train législatif renforce encore le rôle des Régions comme chef de file du développement économique ».

Eteindre des feux

Bpifrance Rhône-Alpes, qui s'appuie sur 150 collaborateurs dont 50 chargés d'affaires très présents sur le terrain, a soutenu 11 791 entreprises (+ 9 %) à hauteur de 2,5 milliards de risques (+ 13 %) sous forme de financement, de garanties ou d'aides à l'innovation. « 90 % de nos décisions sont prises en Région », s'est félicité Arnaud Peyrelongue. Ce taux atteint 100 % pour l'activité en garantie (714 millions) car « il faut aller vite ». Signe des temps, « en 2013 nous avons enregistré une hausse des demandes de réaménagement de dettes. Et, nous avons éteint quelques feux avec d'une part le fonds RTCE qui garantit les prêts de renforcement de trésorerie et d'autre part le préfinancement du Crédit d'Impôt Compétitivité emploi », a observé le directeur.

 Innovation

Au titre de l'innovation, mère de toutes les vertus, 128 millions d'euros ont été mobilisés par Bpifrance. La progression de 4 % sur l'année précédente est due à deux nouveaux outils qui assure un nécessaire continuum : le prêt pour l'innovation et le préfinancement du Crédit d'impôt recherche (CIR), Ils ont bénéficié à 46 entreprises pour le premier et 26 pour le second avec des montants respectifs de 9 et 6 millions d'euros. Là encore l'objectif est soit de financer des innovations qui ne le sont pas forcément par les banques classiques soit d'assurer la jonction avec le remboursement du CIR, un avantage fiscal unanimement plébiscité par les Pme. L'amélioration du moral des entrepreneurs peut se lire à l'aune des investissements. L'an dernier l'activité des montants d'engagements de Bpifrance liée à ce poste a progressé de 17 % à 475 millions. Le nombre d'entreprises soutenues est resté stable et il faut donc en déduire que les projets étaient plus importants.

Prises de participation

Par ailleurs, et dans son activité haut de bilan, bpifrance a investi en direct dans 18 entreprises portant son portefeuille à 92 participations, toujours minoritaires, pour un montant total de 991 millions d'euros. L'établissement public s'est invité l'an dernier chez le plasturgiste Gilac, à Oyonnax dans l'Ain, la Snaam groupe lyonnais d'armatures métalliques repris en main par son fondateur Gildas Collon ou encore chez le roannais Carré Blanc, linge de maison. De façon indirecte, il a souscrit 103 millions dans 13 fonds régionaux ou interrégionaux. L'activité devrait encore monter en puissance avec les nouveaux produits : le prêt d'avenir ciblant notamment les plus grosses Pme qui pourront solliciter des concours aller jusqu'à 5 millions d'euros remboursables sur 10 ans avec 3 ans de différé ou encore le prêt numérique pour accompagner les sociétés dans ce domaine. Mais en partenariat avec les banques traditionnelles. Et Rhône-Alpes, sera une région expérimentale pour le fonds national d'innovation sociale prévu dans le cadre de la loi « économie sociale et solidaire ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :