Norme Iso : « C'est Big Brother ! »

 |   |  547  mots
(Crédits : Acteurs de l'Economie)
Celui de Lyon figure parmi les barreaux les plus entreprenants pour la promotion de la norme Iso.

Quelques cabinets, moyennant un investissement conséquent - 100 000 euros pour Pétrel & Associés (chiffre d'affaire 2002 : 3,35 millions d'euros) - et la mise en place de procédures de fonctionnement rigoureuses - délais de réponse, délai de traitement des dossiers, traçabilité des actes au sein du cabinet... - ont été certifiés. Toutefois, le scepticisme domine encore. Philippe Genin, bâtonnier de Lyon, pronostique néanmoins que « très vite les avocats vont saisir son gain, aux niveaux de l'organisation interne, de la gestion, de la fluidité du travail, de l'information auprès des clients ».  L'objectif du barreau est de banaliser la norme, dont le cout apparaît rédhibitoire pour une majorité de cabinets. N'est elle pas source supplémentaire d'inégalité ? « Le risque est réel. C'est pour l'endiguer que nous avons déplacé la problématique au niveau de l'Ordre. Celui-ci doit endosser le rôle de « centrale d'achats ». Alors nous pourrons faire diminuer le prix et tous les avocats pourront se faire certifier ». Autre réticence, l'absence de consubstantialité entre la certification et la qualité de la prestation intellectuelle. Cela en dépit des interprétations douteuses, voire...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :