Cenntro Motors France  : la Direccte valide le PSE

 |   |  379  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Le tribunal de commerce de Lyon a autorisé l'entreprise à poursuivre sa période d'observation jusqu'au 29 octobre, date de la prochaine audience. Le PSE portant sur 263 suppressions de postes a été validé par la Direccte et doit encore être homologué par le juge commissaire.

Cenntro Motors France a obtenu du tribunal de commerce de Lyon la poursuite de sa période d'observation jusqu'au 29 octobre, ce jeudi, comme le demandait Robert-Louis Meynet, l'administrateur judiciaire. Cette décision était prévisible dans la mesure où Peter Wang, le président sino américain de Cenntro Motors Group a versé 400.000 euros (le 8 septembre ) et donné les preuves du virement de 600.000 euros (le 9). De plus, un investisseur allemand (non révélé) a injecté 200.000 euros, et serait prêt, semble t'il, à entrer au capital. «C'est une personne avec qui j'ai eu l'occasion de travailler », a laissé entendre Didier Verriest, directeur de Cenntro Motors France (ex SITL), en procédure judiciaire depuis le 30 avril dernier.

Le préfet Delpuech

Par ailleurs, lors de l'audience de ce jour, l'information a été donnée que la Direccte (service de l'Etat en région) a homologué le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) en l'état. Portant sur la suppression de 263 emplois (sur 379 ), le document doit encore recevoir le feu vert du juge commissaire. L'annonce de la validation de ce plan social a suscité la colère des 80 à 100 employés rassemblés à l'extérieur du tribunal. « C'est un scandale Depuis un an et demi Centro Motors fait ce qu'il veut », réagit Eric Butty, délégué Sud. Et une délégation a aussitôt exigé d'être reçue par le Préfet Michel Delpuech qui avait insisté sur "la nécessité de prévoir les meilleures conditions de départ pour les salariés", dans un communiqué du 4 septembre.

Avril 2016

En ce qui concerne l'activité, Didier Verriest a confirmé, après l'audience, le démarrage de la fabrication du véhicule industriel électrique, d'ici à la fin septembre. Le nouveau Citelec (par rapport au modèle SITL) est équipé d'une batterie au lithium et attend l'agrément de l'UTAC (organisme de contrôle), pour les prochains jours. La production des filtres d'assainissement (d'eau) devrait, elle, commencer le mois prochain. Si bien que l'entreprise n'aura pas une visibilité suffisante pour présenter un plan de continuation à la fin des six premiers mois de sa période d'observation. Le projet définitif pourrait alors être présenté en avril 2016, sous réserve que le plan de charge soit conforme aux attentes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :