ERAI  : le fonds de secours voté par les élus régionaux

 |   |  298  mots
(Crédits : DR)
Les conseillers de Rhône-Alpes EELV se sont abstenus, tout comme le groupe UDC constitué des Républicains et du Centre. La délibération a pu passer.

La Commission permanente des élus de la Région Rhône-Alpes a voté, ce lundi soir 29 juin, le fonds de secours de 0,9 million pour apurer les dettes des implantations étrangères dans les pays où il y avait risque pour les dirigeants en cas de défaut de paiement.

Abstention des Verts et de la droite

Le groupe EELV s'est abstenu tout comme l'UDC (Républicains et Centre).

«Les considérations humaines l'ont emporté. Toutefois notre abstention traduit le fait que nous avons quelques doutes sur l'utilisation réelle de cet argent. On nous parle notamment d'arriérés de salaire alors que l'essentiel du personnel est en portage et qu'il est payé par les entreprises clientes. Ne veut pas nous cacher des responsabilités ? », s'interroge Jacques Mercier, élus Verts.

De son côté l'UDC demande qu'on lui communique « les documents qui ont soit disant été produits sur le suivi juridique d'ERAI pour un montant de 240.000 euros en audits et honoraires d'avocats. Des sommes dépensées par le président dans le cadre de ses dépenses autorisées sans passage devant l'assemblée », dit Stéphanie Pernod-Beaudon, présidente du groupe.

Audience au TGI

Cette dotation sera versée, en deux temps (une première tranche de 0,6 million suivie d'une seconde de 0,3 million sur présentation de justificatifs) à l'administrateur judiciaire (Robert-Louis Meynet), sur un compte spécial. Ce forfait global rassurera t'il suffisamment les candidats à la reprise des implantations chinoise, dubaïote et marocaine dont les offres doivent être analysées par le tribunal de grande instance de Lyon, ce mardi 30 juin ? A ces offres concernant des pays sensibles s'ajoutent l'Italie que le dirigeant propose de reprendre mais en demandant la prise en charge des arriérés. Les négociations se poursuivent avec l'administrateur judiciaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2015 à 4:24 :
Jacques Mercier n'a pas tout a fait tort... Seulement il oublie un point essentiel! La gestion d'ERAI et de ses finances a été calamiteuse durant des années, si ce n'est depuis la création de cette entité... Malheureusement aujourd'hui, les entreprises clientes d'ERAI sont celles qui en paient les pots-cassés! Etant moi-même en portage à Shanghai pour une entreprise lyonnaise, cette dernière a déjà dit au revoir à plus de 9000€. Aujourd'hui mon salaire de juin, déjà payé par mon entreprise à ERAI, ne m'aurait pas été versé en cette fin de mois si ce budget n'avait pas été voté par les élus régionaux. Ce n'est pas tant l'utilisation de ce budget là dont il faut se soucier, mais bien de tous les budgets alloués depuis 25 ans à des dirigeants de filiales incapables et ne sachant vivre autrement qu'au dessus de leurs moyens! Tellement facile quand c'est l'argent publique...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :