Conférence : Covid-19, la crise... et après ?

 |   |  213  mots
La Tribune a donné la parole ce mercredi 8 avril aux experts qui accompagnent les entreprises vers la sortie de la crise et la reprise de leur activité. Odile Dubreuil, présidente du Conseil régional de l'Ordre des Experts-Comptables Rhône-Alpes, Frédéric Maurel, président de Lyon Place Financière et Tertiaire, Philippe Valentin, président de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne et Jean-Pierre Bes, directeur du réseau Auvergne Rhône-Alpes de Bpifrance ont donné conseils et recommandations au cours d'une table-ronde numérique. Elle est à revoir dans son intégralité ici.

Après la stupeur de la crise, vient le temps de mettre en œuvre les solutions efficaces et concrètes pour « tenir » le temps qu'il faudra et protéger l'appareil productif. Au cours de cette table ronde virtuelle, Odile Dubreuil, présidente du Conseil régional de l'Ordre des Experts-Comptables Rhône-Alpes, Frédéric Maurel, président de Lyon Place Financière et Tertiaire, Philippe Valentin, président de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne et Jean-Pierre Bes, directeur du réseau Auvergne Rhône-Alpes de Bpifrance, ont évoqués des pistes.

Quelles sont les aides à la disposition des entreprises ?

Comment optimiser les reports, l'utilisation du chômage partiel et les mécanismes du Prêt garanti par l'Etat (PGE) ? En Auvergne-Rhône-Alpes, comment activer le prêt régional mis en oeuvre par la région et BPI ? Quelles sont les pistes pour les entreprises qui ne sont pas éligibles ?

Pourquoi faut-il préserver sa trésorerie tout en faisant preuve de solidarité, notamment vis-à-vis de ses fournisseurs ?

Solidarité, bienveillance, entraide : sont les maîtres mot pour gérer la crise.

Comment se préparer à reprendre son activité même si l'issue n'est pas encore certaine ?

Dispositifs, conseils, imagination entrepreneuriale.

Comment répondre à la détresse de certains entrepreneurs ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2020 à 11:25 :
Que pensez-vous de la situation des entrepreneurs qui mènent leur projet grâce à leurs indemnités Pôle emploi et qui d'une part cherchent un emploi dans un contexte économique ralenti, d'autre part risquent d'être en fin de droit à la fin du confinement, sachant que la mesure de prolongation de l'indemnisation des chômeurs n'est pas très claire aujourd'hui ?
a écrit le 08/04/2020 à 11:23 :
Merci beaucoup pour vos émissions, la qualité des échanges et le partage des informations. Même si la période en tant que chef d'entreprise est difficile, c'est rassurant de vous entendre et c'est en gardant la confiance et en maintenant le chaîne que nous pourrons pérenniser notre économie de demain, tous ensemble !
Merci.
a écrit le 08/04/2020 à 11:22 :
Bonjour
Nous n’entendons pas parler des étudiants qui arrivent en fin de cycle...
Ils vont se retrouver sur le marché de l’emploi IL n’y a pas ou peu d’offres et seront à la charge de leurs parents
Ma fille termine son master 2 (EDHEC) toutes ses « pistes » sont en attente Mon fils termine son VIE (Finance) fin avril même situation Nous sommes auto entrepreneurs ...
Cordialement
a écrit le 08/04/2020 à 11:03 :
Je n'ai toujours pas reçu les codes pour faire notre demande chômage partiel . est ce normal ? Est ce que les CCI et les experts comptable peuvent en encourager toute la chaîne à honorer les régalements.Cela me semble capital
a écrit le 07/04/2020 à 19:08 :
Bonjour,
Je gère une TPE, un bar/restaurant à Lyon 7ème, Un Air de Janis.
La situation est très compliquée d'autant que la fermeture a été imposée brutalement.
Pour autant, le chômage partiel (1 salarié dans l'entreprise), l'aide de l'Etat (perçue ce jour pour mars) et l'aide annoncée par la Métropole constituent des soutiens vitaux.
Je souhaite témoigner de la difficulté rencontrée, et je ne suis pas le seul, avec les Régies lyonnaise. Pour ma part, il s'agit de la Régie Favre de Fos qui exige le paiement du trimestre de loyer comme si de rien n'était. On nous renvoie vers notre assureur en sachant que nous ne pourrons rien obtenir, aucune tentative de discussion et encore moins de solidarité. On est loin de l'incitation faite par l'Etat et des bonnes paroles des fédérations de l'immobilier.
Or, le loyer constitue le 2ème poste de charges fixes.
Que conseillez-vous dans la relation avec les Régies lyonnaises ? Certains évoquent un cas force majeure permettant de ne pas régler le loyer pendant toute la période d'interdiction de l'activité (Arrêté du 1er mars 2020) ?
Je suis prêt à témoigner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :