Prix Enrichir : Christine Janin, l'aventureuse

 |   |  605  mots
(Crédits : Sébastien CHAMPEAUX)
Alpiniste, aventurière, médecin… Christine Janin est guidée par le goût de l’effort et une volonté d’accomplissement qui ont fait d’elle la première française sur le toit du monde. Sa vie, riche d’expériences et de sommets, elle la partage aujourd’hui avec des enfants malades du cancer au sein de l’association qu’elle a fondée : À chacun son Everest ! Elle est lauréate du 12e Prix de l'esprit d'entreprendre dans la catégorie Enrichir.

"J'aime aller au bout des choses". Cette volonté, cette énergie, c'est ce qui caractérise le mieux Christine Janin. Mais aussi un goût certain pour le dépassement. Passionnée d'escalade, celle qui deviendra la première Française à atteindre l'Everest en 1990 gravit son premier sommet de 8 000 m - le Gasherbrum - au Pakistan à seulement 24 ans. Avant ça, la bretonne de cœur et de sang n'avait quasiment aucune expérience de la haute montagne. "Je n'avais fait aucune ascension significative avant celui-là. Pas même le Mont Blanc !"

Son endurance, elle l'a éprouvée toute sa jeunesse avec ses quatre frères, et sa force, sur les rochers de Fontainebleau, où elle découvre l'escalade.

"Le sport c'est toute ma vie. Jusqu'à il y a peu, c'était une drogue. Le besoin de sentir son corps, de respirer, était plus fort que tout."

Diplôme de médecine en poche, elle enchaîne les exploits : Everest, Seven Summits (ascension du plus haut sommet de chaque continent), première femme du monde au pôle Nord à ski... "On a toujours besoin d'un médecin en expédition, cela m'a bien aidé », affirme l'alpiniste. Sa vocation de médecin, elle l'explique également par "un sens de la mission très fort" et une obsession de "toujours vouloir sauver la terre entière".

Son orientation première la rappellera d'ailleurs au retour de son ascension victorieuse du toit du monde par l'intermédiaire du docteur André Baruchel, chef du service d'onco-hématologie pédiatrique des hôpitaux Saint-Louis et Robert-Debré à Paris. "Deux années de suite, il m'a invitée à venir parler de mes voyages aux malades de son service."

C'est ainsi qu'après dix ans de médecine et d'aventures, Christine Janin ouvre un nouveau chapitre de sa vie et se reconvertit en directrice d'association.

Elle fonde À chacun son Everest ! en 1994 avec l'ambition de redonner confiance aux enfants en rémission du cancer. Elle installe ses locaux au pied du Mont-Blanc à Chamonix, "parce qu'il y a quelque chose de puissant dans cette montagne". Là, l'équipe de l'association accueille de petits groupes à qui elle apprend à regarder le cancer comme un Everest qu'ils ont conquis. Les journées sont ponctuées d'activités de plein air, d'échanges et de soins en médecines douces (yoga, sophrologie, méditation, etc.).

"À la fin, on leur fait gravir un sommet symbolique qui est leur Everest. Mais lors de cette ascension, ce qu'ils vont chercher, c'est eux."

Depuis quelques années, l'initiative s'est étendue aux femmes de la région atteintes d'un cancer du sein.

Première de cordée

"Même si je n'ai jamais vraiment exercé au sens traditionnel du terme, je considère que je remplis mon rôle de médecin à travers l'association. C'est une médecine de l'âme que nous pratiquons."

Médecine pour les autres, mais peut-être aussi médecine pour elle-même. Christine Janin confie sans détour : "C'est un échange. Les enfants m'ont aidée à redescendre de mon Everest. Sans cela, je serais peut-être morte dans mes montagnes comme tant d'autres. Ils ont donné un autre sens à ma vie."

La prochaine épreuve de Christine Janin sera peut-être de se confronter une nouvelle fois au vide. La présidente voudrait prendre plus de temps pour elle. Un brin hyperactive, elle renonce toutefois à "lâcher complètement les rênes » et annonce même "plein d'autres projets". "L'association est une grande cordée, tempère-t-elle. Sans les bénévoles, les partenaires, les médecins, les fidèles..., il n'y aurait rien." Première de cordée... jusqu'au bout.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :