Boris Cyrulnik : "Abandonner son statut de victime permet de rebondir"

 |   |  703  mots
(Crédits : Emmanuel Foudrot/ADE)
Neuropsychiatre, psychanalyste, Boris Cyrulnik était l'invité du dernier Seb talk organisé en partenariat avec Acteurs de l'économie-La Tribune. Devant une centaine de salariés, le directeur de recherche en éthologie à l'Université du Var a tour à tour évoqué la résilience, la capacité de l'homme à rebondir et à reprendre le pas sur les événements, de sa vie privée comme de sa vie entrepreneuriale. Extraits de cette rencontre.

De tout temps, l'Homme a été soumis à des changements permanents. Une évolution, qui, si elle s'accélère avec les nouvelles technologies, est toujours arrivée par l'intermédiaire d'outils.

"L'homme de Néandertal a, par l'introduction de l'outil, changé sa condition et son rapport au monde et à la culture. De même que les Mongols, petit peuple lointain, ont longtemps gagné leurs guerres contre des puissants grâce à un petit objet très bête : l'étrier", rappelle Boris Cyrulnik.

En somme, le neuropsychiatre invite l'homme à considérer autrement la technologie capable de fondamentalement changer les choses.

Boris Cyrulnik

(Crédits : Emmanuel Foudrot)

"Des petits riens aux conséquences révolutionnaires planétaires ont engendré divers degrés de liberté et d'autonomies sociales", résume le neuropsychiatre.

Résilience

Car l'homme est ainsi fait....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :