Alain Prost, l'Hermès de la lingerie

 |   |  605  mots
Photo Laurent Cerino, archives
Photo Laurent Cerino, archives (Crédits : Reuters)
Alain Prost a remporté le Grand prix. L’ancien cadre dirigeant de La Perla a repris, en 2012, l’essentiel des actifs de la société lyonnaise Maison Lejaby, en liquidation judiciaire. Deux ans plus tard, il est en passe d'accomplir l'incroyable défi : en faire une marque de lingerie made in France et rentable, référence dans le monde.

Alain Prost, Pdg de Maison Lejaby, lingerie, corseterie et balnéaire, ne manque jamais de faire le tour des bureaux pour saluer ses salariés quand il arrive le matin. « C'est un peu du paternalisme à la française », confie l'ancien cadre dirigeant de l'Oréal pendant vingt ans, passé chez Chantelle et La Perla.  « J'ai toujours eu un tempérament d'entrepreneur, mais je n'avais jamais osé me lancer »… jusqu'à l'âge de 49 ans, lorsque, le 18 janvier 2012, le tribunal de commerce de Lyon lui confie les actifs de la société Lejaby, en liquidation judiciaire.

Un anniversaire au Lido

Il évoque la poudrière sociale de l'époque, des équipes « cassées » par les différentes péripéties et le brouillage médiatique sur fond de campagne présidentielle pour venir au secours des ateliers d'Yssingeaux, en Haute-Loire et de Bourg-en-Bresse. « Moi, personne n'est venu me voir, ici », à Rillieux-la-Pape, soupire à cœur ouvert le patron. Pourtant, au même moment, il sauvait 195 emplois (206 salariés aujourd'hui), avec la conviction de pouvoir « réveiller une belle endormie, de sauvegarder un métier et une partie de l'histoire de France ».

La marque a célébré le 27 mai dernier ses 130 ans, au Lido, à Paris. « Alain Prost est un enchanteur exigeant. Il est très accessible », lui reconnaît Estefania, sa jeune directrice du marketing, recrutée il y a six mois. En amateur averti des hauts sommets blancs, il s'était préparé à l'endurance : « Je savais qu'il fallait trois ou quatre ans pour rebâtir cette entreprise en capitalisant sur son savoir faire et sa notoriété ».

18 mois pour faire naître une nouvelle collection

Tout était à reconstruire depuis le réseau international - « nous n'avons pas repris les filiales étrangères. Pourtant, nous avons réalisé à l'exportation 65 % de notre activité en 2013  »- jusqu'aux produits qui avaient perdu leur ADN. Mais, faire naître une nouvelle collection complète, c'est 18 mois de travail. Pour donner rapidement un signe fort de montée en gamme une collection couture restreinte a été lancée dans un délai record de quatre mois : du fait main, en France. « Nous sommes les seuls, aujourd'hui dans notre secteur. Peut-être réussirons-nous à devenir l'Hermès de la lingerie. »

Alain Prost, l'Hèrmes de la lingerie

Un projet « Esprit couture à la française »

Cette ligne couture se veut l'ambassadrice de la maison dont elle assurera un peu moins de 10 % des 30 millions d'euros de chiffre d'affaires (et un résultat d'exploitation bénéficiaire) prévisionnel 2014. A moyen terme, « elle pourrait dépasser 20 % de nos ventes », aux côtés de la collection principale et de la ligne Elixir (pour poitrines généreuses). Cette vision luxe s'incarne dans le tout récent projet d'entreprise « Esprit couture à la française » qui veut prendre pignon sur rue et déployer des boutiques dédiées, en franchise ou en partenariat, avec des investisseurs locaux, dans les grandes capitales de la mode. Alain Prost évoque quatre négociations en cours, dans quatre villes différentes. Il espère conclure une première opération d'ici à la fin de l'année.

Déjà, la griffe a ouvert des écrins couture au Printemps Haussmann, aux Terrasses du port à Marseille et aux Galeries Lafayette Haussmann, en juillet prochain. Pour donner corps à Maison Lejaby, Alain Prost a réuni sept millions d'euros de cash de départ, auprès d'une fiducie italienne, d'Isalys (le sous-traitant tunisien historique de Lejaby) et Christian Bugnon (fils d'un des précédents propriétaires). Pour passer à l'étape suivante - investir et continuer à recruter-  il espère finaliser une levée de fonds d'une dizaine de millions d'euros, en juillet prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :