Les stations de ski ne rouvriront pas, le spectre d'une saison blanche

 |  | 803 mots
Lecture 5 min.
Si la décision officielle doit encore être annoncée ce soir au cours d'une intervention de Jean Castex, les acteurs de la montagne savent déjà qu'ils ne réouvriront pas leurs portes ce jeudi 7 janvier comme espéré.
Si la décision officielle doit encore être annoncée ce soir au cours d'une intervention de Jean Castex, les acteurs de la montagne savent déjà qu'ils ne réouvriront pas leurs portes ce jeudi 7 janvier comme espéré. (Crédits : Licence CC0 Domaine public)
Ils attendaient cette nouvelle date avec impatience. Une fois de plus, les espoirs des acteurs de la montagne hexagonale ont été déçus : le gouvernement français a finalement fait savoir, à l’issue d’un Conseil de défense qui s’est tenu ce mercredi, que les stations ne rouvriront pas ce jeudi 7 janvier. L’annonce officielle, sera donnée par le premier ministre Jean Castex, dans une conférence de presse prévue ce soir.

Ce n'est pas forcément une surprise, mais c'est une étincelle de plus qui attise, en stations, la colère des exploitants. Après avoir annoncé le report des stations à compter du 7 janvier, le gouvernement français a exclu ce mercredi une réouverture des remontées mécaniques françaises à la date escomptée.

Ce serait cette fois le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne qui aurait informé les acteurs de la montagne, dont le président de DSF, Alexandre Maulin, très actif depuis plusieurs semaines sur le plan des discussions avec le gouvernement. Un nouveau renvoi au prochain Conseil de défense sanitaire du 13 janvier aurait été évoqué, sans plus d'informations à ce stade.

C'est à nouveau Jean Castex qui sera chargé de préciser les contours de cette décision, dans une allocution en conférence de presse prévue ce jeudi à 18 heures.

Une décision jugée "incompréhensible" par la filière

De...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2021 à 10:43 :
Coup de semonce... Moins en moins de neige dans les stations depuis de nombreuses années
Quel est le bilan carbone d'une saison ?

Il est temps de penser à une reconversion. Plan de 5 à 7 ans...

Ce n'est pas une économie pérenne. La saison d'été avec randonnées oui

Mais faire de la neige, des dameuses...

Passer au ski de fond pejt etre une alternative
a écrit le 08/01/2021 à 5:29 :
La casse est monumentale. Les exploitants de stations, la compagnie des Alpes, les fabricants de dameuses, le gérants hôteliers, ... Ça va faire mal.
Le risque est séparatiste.
Quel est leur intérêts à être dirigé par des gens de Paris? Après tout, ils s’en foutent. Macron n’est rien pour eux. Politiquement, la France n’est rien pour eux. Le courant demandant le rattachement à la Suisse n’en sera que plus fort. Vu qu’en Suisse... C’est ouvert...
En fait, la politique du pire portée par Macron, Castex, LREM va casser les liens avec Paris.
Mais qu’est-ce qu’ils veulent à la fin? Détruire la France?
En plus, ça devient complètement incohérent: on reste dans l’euro avec un endettement à 120% du PIB? Pour quoi faire? Les jeunes de ce pays n’ont pas mérité ça. C’est la fin d’un cycle politique.
a écrit le 07/01/2021 à 15:03 :
quand on verra les degats on parlera plutot de saison noire
a écrit le 07/01/2021 à 9:51 :
C'est un désastre pour tous les acteurs économiques du secteur de la montagne. Remontées mécaniques, loueurs de matériel, propriétaires d'appartements, hôtels, restaurants, commerces divers, services, fournisseurs.
Des dizaines de milliards perdus, des faillites en cascade, un endettement colossal.
Réponse de le 07/01/2021 à 17:00 :
Vous pensez que les hôtels et restaurants hors de ces zones sont dans quel état?
a écrit le 07/01/2021 à 9:37 :
La montagne respire.
Réponse de le 08/01/2021 à 9:13 :
Ça veut dire quoi? Quand les gens qui habitent à la montagne passent la journée à fumer des joins, la montagne respire? C’est quoi ce genre de sortie? Vous semblez ignorer que vous y avez des concitoyens et qu’ils ont le droit de ne pas être mis au chômage ou sur la paille. Vraiment, très étrange comme attitude.
Réponse de le 11/01/2021 à 8:59 :
"ils ont le droit de ne pas être mis au chômage ou sur la paille"

C'est exactement ce que disent les propriétaires d'usines de bombes chimiques ou de mines anti personnelles. Parce qu'ils pensent bien entendu avant tout à leurs salariés hein, ces grands humanistes. :-)

Je te signale hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :