Fil Telex : l’immobilier poursuit sa mue en Auvergne Rhône-Alpes

 |  | 915 mots
Lecture 5 min.
Xavier Inglebert prend la tête de l'Opac du Rhône (260 collaborateurs), qui a pour mission de gérer un parc composé de 13.000 logements, dont 1.455 en résidences spécialisées.
Xavier Inglebert prend la tête de l'Opac du Rhône (260 collaborateurs), qui a pour mission de gérer un parc composé de 13.000 logements, dont 1.455 en résidences spécialisées. (Crédits : DR)
[Rendez-vous #4] Comme chaque semaine, La Tribune Auvergne Rhône-Alpes vous propose désormais un retour sur les dernières actualités et nominations d'un secteur qui fait l'économie en Auvergne Rhône-Alpes, à travers son Fil Telex. Avec, cette semaine, le secteur de l’immobilier, qui continue à poser de nouvelles pierres pour construire le monde de demain, en dépit de la crise sanitaire actuelle.
  • Xavier Inglebert, nouveau directeur général de l'Opac du Rhône

Le conseil d'administration de l'Opac du Rhône, présidé par Christophe Guilloteau, a nommé son nouveau directeur général : il s'agit de Xavier Inglebert. Celui-ci prendra ses fonctions ce lundi 19 octobre prochain, succédant ainsi à Michel Micoulaz, qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Agrégé d'histoire et ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration (ENA), le nouveau directeur général a d'abord enseigné l'histoire-géographie dans les quartiers défavorisés de la banlieue lilloise, puis occupé ensuite différents postes au sein de l'administration préfectorale (en tant que préfet, secrétaire général et préfet délégué à l'égalité des chances du département du Rhône, ou de sous-préfet à la politique de la ville des Bouches-du-Rhône). Il a également été directeur général délégué aux ressources du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et avait également assuré le poste de secrétaire général d'un promoteur privé, spécialisé dans le logement social.

« La relation complexe entre villes, bourgs et ruralités, les enjeux cruciaux de réhabilitation énergétique et de construction respectueuse de l'environnement, ainsi que les attentes nouvelles des habitants du territoire constituent autant de défis auxquels l'Opac du Rhône doit répondre, tout en préservant ses exigences de qualité de service et de proximité», a déclaré, lors de sa prise de fonctions, Xavier Inglebert.

En effet, en tant que premier bailleur social de son territoire, l'Opac du Rhône (260 collaborateurs) a la mission de gérer un parc composé de 13.000 logements, dont 1.455 en résidences spécialisées (personnes âgées, handicapées...), occupés par 25.000 locataires.

  • Benjamin Courraud devient délégué régional de la FPI Alpes

Benjamin Courraud FPI Alpes 2

Défendre les intérêts de cette organisation professionnelle régionale, qui représente les promoteurs immobiliers présents sur le segment des constructions neuves. Telle sera désormais la mission de Benjamin Courraud, qui est devenu le nouveau délégué régional de la FPI Alpes, aux côtés de son président, Olivier Gallais.

Après un début de carrière passé dans le métier de juriste d'entreprise, Benjamin Courraud avait notamment intégré en 2016 la Cour d'appel de Grenoble, pour y exercer les fonctions de juriste assistant auprès du premier président de la Cour d'appel. Il s'apprête à relever désormais de nouveaux défis en rejoignant en cette rentrée la FPI Alpes, pour un poste tout fraîchement créé à sa mesure.

Sa mission s'étendra ainsi sur les cinq départements (l'Isère, la Drôme, les Hautes-Alpes, la Savoie et la Haute-Savoie) couverts par la fédération, seule organisation professionnelle à représenter la promotion immobilière et ses 40 promoteurs adhérents à l'échelle des Alpes (contre 640 à l'échelle nationale). A l'échelle des cinq départements d'AuRA, ces professionnels contribuent ainsi à la production de près de 6.500 logements collectifs sur l'ensemble de l'Arc alpin (soit 80 % du marché) et notamment de 1.400 logements sociaux chaque année.

A travers sa prise de fonction, le nouveau délégué régional espère ainsi « instaurer une plus grande proximité avec l'ensemble des élus locaux, leurs représentants et leurs administrations », mais également « démontrer que la mise en vente de logements neufs est, d'une manière générale, bénéfique pour répondre aux besoins variés du plus grand nombre de concitoyens ».

  • Renaud Payre, à la tête d'un nouvel organisme de Foncier Solidaire métropolitain

Renaud Payre

Le Vice-Président délégué à l'habitat, au logement social et à la politique de la ville du Grand Lyon - par ailleurs directeur de Sciences Po Lyon-, Renaud Payre, vient d'être élu président de l'Organisme de Foncier Solidaire métropolitain (OFSM).

Créé fin 2019 par un regroupement de collectivités et d'organismes (la Métropole de Lyon, Est Métropole Habitat, Grand Lyon Habitat, Lyon Métropole Habitat, Action Logement et la Banque des Territoires), l'OFSM se fixe l'objectif de « proposer aux ménages une offre de logement durablement abordable en prenant en charge l'achat du foncier ».

Plus largement issus de la loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) de 2014, les OFS comme l'OFSM se positionnent comme « des structures à but non lucratif qui regroupent des acteurs de l'habitat au service de leur territoire ». Avec, comme prérogatives, celles d'acheter des terrains et des immeubles, pour bâtir et revendre ensuite ces logements à des ménages afin qu'ils deviennent propriétaires de leur résidence principale, à des prix inférieurs au marché.

Ainsi, la création de l'OFSM aura déjà permis de mettre sur le marché 150 logements depuis fin 2019 -pour un budget de 4 millions d'euros de fonds propre, alloué à sa création par la Métropole-, et des prix de vente au m2 inférieurs à 3000 euros.

Au moment de prise de fonctions, Renaud Payre, a rappelé sa volonté « de voir l'OFSM prendre une place centrale dans notre politique du logement. Face à l'envolée des prix sur notre territoire, notamment en hypercentre, ce dispositif permet de proposer des logements environ 50% des prix de l'accession libre, et ainsi à des foyers modestes de rester dans ces quartiers ».

Malgré une année de crise sanitaire, ce dernier prévoit une montée en charge du dispositif dès 2021. Avec, l'ambition d'aboutir à une offre de 1.000 logements par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :