Fil Telex : les professions du droit et du chiffre s’étoffent en AuRa

 |  | 816 mots
Lecture 5 min.
A 50 ans, David Ambrosiano était investi depuis plusieurs années dans le développement de sa profession.
A 50 ans, David Ambrosiano était investi depuis plusieurs années dans le développement de sa profession. (Crédits : DR)
[Rendez-vous #3] Comme chaque semaine, La Tribune Auvergne Rhône-Alpes vous propose désormais un retour sur les dernières actualités et nominations d'un secteur qui fait l'économie en Auvergne Rhône-Alpes, à travers son Fil Telex. Avec, cette semaine, ce sont les professions du droit et du chiffre qui continuent leur petite révolution avec l’instauration de nouvelles équipes, mais aussi de nouvelles gouvernances, pour répondre aux enjeux de demain, qui ne manqueront pas d’être amenés par la crise sanitaire.
  • Un isérois à la tête du Conseil supérieur du notariat (CSN)

Il avait déjà occupé jusqu'à récemment, sur le plan local, les fonctions de président et vice-président de la Chambre des notaires de l'Isère, mais aussi, de membre du conseil régional des notaires de la cour d'appel de Grenoble (2005-2009) et assurait, sur le plan national, la vice-présidence du Conseil Supérieur du Notariat depuis 2008.

Le notaire fontainois David Ambrosiano vient d'être élu à à la tête du Conseil supérieur du notariat (CSN), au terme de l'assemblée générale qui s'est tenue le 20 octobre dernier. Seul organe de la profession habilité à s'exprimer au nom de tous les notaires de France, le Conseil supérieur du notariat (CSN) est un établissement d'utilité publique qui réunit une centaine de collaborateurs à l'échelle nationale. Chargé de représenter la profession auprès des pouvoirs publics, le CSN a ainsi l'occasion d'émettre des avis sur les projets de loi ou les textes réglementaires en préparation.

Et David Ambrosiano aura probablement un dossier tout trouvé auquel s'atteler : dans son discours, d'introduction, le nouveau président est revenu sur la réforme la loi Macron, qui, annoncée en 2015, avait ouvert la voie à la libre installation de 1.650 nouveaux notaires répartis sur toute la France. Bien que saluant l'instauration d'un « nouveau dialogue entre l'Etat et le notariat », qui s'est concrétisé par la signature de « la première convention d'objectifs de l'histoire de la profession », il a tenu à rappeler que le CSN « continuera de demander une application de la loi croissance conforme à ses objectifs initiaux, en particulier son principe de progressivité ».

Comme plusieurs de ses confrères, qui craignaient qu'un déplacement massif des études n'aboutisse à une perte d'accessibilité et à un déséquilibre du maillage territorial, David Ambrosiano milite en effet pour qu'une « pause » soit réalisée dans le nombre de créations de nouveaux offices « en vue de permettre le développement des offices créés récemment ».

  • Fiducial Legal by Lamy étoffe son équipe dédiée aux entreprises en difficultés

Fiducial Legal by Lamy

En temps de crise sanitaire comme celle que l'on connait aujourd'hui, mieux vaut bien être outillés... C'est probablement, en substance, le principe retenu par le cabinet d'avocats lyonnais Fiducial Legal by Lamy.

Philippe Genin, avocat associé, annonce ainsi le développement de son équipe, dédiée au traitement des entreprises en difficulté, et accueille Charles Neuvy qui intègre aujourd'hui la profession d'avocat.

A l'issue d'une dizaine d'années de collaboration au sein de grandes études lyonnaises d'administrateurs judiciaires, « où il a notamment participé au redressement d'importantes entreprises de la place », Charles Neuvy apportera ainsi ses capacités d'analyse financière, en binôme avec Dehlila Micoud, une avocate déjà aguerrie du droit des procédures collectives, qui travaille déjà depuis huit ans aux côtés de Philippe Genin et Mathias Vuillermet.

Cette équipe s'appuiera également sur l'expertise de Sébastien Ardillier, associé responsable chez Fiducial Legal by Lamy du département droit social, dédié à l'établissement des plans de sauvegarde de l'emploi, ainsi que de Nicolas Borga, professeur agrégé à l'Université Lyon 3, spécialiste français du droit des entreprises en difficulté.

  • Une nouvelle présidence pour une nouvelle CRCC régionale

Sylvain Boccon-Gibod CRCC Lyon Riom

Nouvellement créée, et déjà en ordre de marche. La Compagnie régionale des commissaires aux comptes (CRCC) de Lyon-Riom vient de désigner son bureau et son nouveau président : il s'agit de Sylvain Boccon-Gibod, qui n'est autre que le président sortant de la CRCC de Lyon. Elu à la tête de ce nouvel établissement, en binôme avec Olivier Arthaud, ancien président de la CRCC de Lyon, le nouveau conseil régional prendra ses fonctions à compter du 1er novembre, pour une durée de quatre ans.

Dans un contexte économique particulièrement complexe et incertain, cette nouvelle présidence aura notamment une double responsabilité : à commencer par celle de « réaffirmer l'importance du rôle du commissaire aux comptes, compte-tenu de la crise économique sans précédent et de la période de relance qui s'ouvre ».

Mais aussi de dessiner une nouvelle cartographie territoriale : car conformément à l'arrêté du 31 janvier 2019, portant sur la mise en place d'une nouvelle carte applicable par la profession, les CRCC de Lyon et de Riom ont opéré un rapprochement. Selon ce nouveau périmètre, la CRCC de Lyon-Riom regroupera ainsi les départements de la Loire, le Rhône, l'Ain, le Puy de Dôme, l'Allier, le Cantal et la Haute-Loire.

Ce nouvel ensemble, qui représente désormais plus de 1.000 commissaires aux comptes inscrits ainsi que deux cours d'appel distinctes, sera chargé d'assurer la promotion de la profession mais aussi de garantir ses conditions d'exercice au niveau local, à travers des contrôles et des sessions de formations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :