Pépinière d'entreprises : Bel Air Camp se relève de l'incendie

 |   |  371  mots
Le nouveau Bel Air Business de 3 000 m2 accueille 18 membres.
Le nouveau Bel Air Business de 3 000 m2 accueille 18 membres. (Crédits : JLL)
Après l'incendie d'octobre 2019, la pépinière industrielle Bel Air Camp renaît à Villeurbanne. Elle accueille désormais 18 entreprises.

La pépinière industrielle Bel Air Camp, ravagée par un incendie en octobre 2019, renaît à Villeurbanne. Installée depuis fin décembre 2019, à dix minutes de l'ancien site, dans un nouveau bâtiment appelé Fakto, elle accueille désormais dix-huit entreprises allant de la startup à la TPE/PME.

Lire aussi : Villeurbanne : l'incubateur de startups Bel Air Camp va renaître de ses cendres

18 entreprises sur 3 000 m2

Avant l'incendie, Bel Air Camp comptait une cinquantaine d'entreprises, un niveau d'activité que n'a pas encore retrouvé la pépinière.

"Nous occupons trois étages dont un étage destiné aux bureaux privatifs des entreprises hébergées. Les deux autres étages sont dédiés à des espaces communs partagés," explique Pauline Siché-Dalibard, directrice générale de Bel Air Camp.

Le site d'une surface de 3 000 m2 est loué pour une durée de 6 ans "fermes" à la société d'inverstissement Sham, propriétaire du bâtiment. Pour permettre cette installation, il a fallu réaliser des travaux notamment sur la toiture ainsi que des aménagements intérieurs, soit un investissement d'un million d'euros.

Dans les prochaines semaines, Bel Air Camp doit s'agrandir de deux nouveaux étages.

"De nouvelles surfaces seront bientôt disponibles pour les entreprises," précise Pauline Siché-Dalibard.

En complément de cette offre, Bel Air Business, le site s'enrichie d'un deuxième lieu, Bel Air Industrie, doté d'un "fab lab" et d'une ligne d'industrialisation (7 000 m2 de surface industrielle et d'espaces de stockage). Il est situé à quelques minutes de là, non loin de  de l'ancien site incendié. Pour favoriser le lien entre les deux sites, l'équipe dirigeante a prévu d'organiser, entre autres, des workshops et des rencontres business.

Un nouveau projet pour l'ancien site

Le site historique, inexploitable en l'état, devrait être démoli pour laisser place à un nouveau projet.

" Les compagnies d'assurances ont mis du temps à nous rembourser. Les indemnités reçues vont nous permettre de payer la démolition et le désamiantage du site. Nous allons déposer un permis de démolir dans les prochains jours et nous avons déjà des idées pour la suite. Nous travaillons sur un projet de restauration innovant qui occupera 10 000 m2," explique Didier Caudard-Breille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :