Boostheat veut lever environ 40 millions d'euros en bourse

 |   |  307  mots
(Crédits : DR)
Le groupe industriel basé à Vénissieux, qui entame actuellement la commercialisation de sa chaudière à gaz "nouvelle génération", annonce le lancement de son introduction en bourse sur Euronext Paris.

Boostheat n'a pas perdu de temps. Quelques jours seulement après l'annonce de l'approbation par l'AMF de son document d'enregistrement, le groupe industriel basé à Vénissieux, qui développe une chaudière à gaz "nouvelle génération", lance son introduction en bourse sur Euronext Paris.

Une opération qui va se traduire par une augmentation de capital d'un montant d'environ 38,7 millions d'euros - pouvant être portée jusqu'à plus de 50 millions d'euros - avec pour objectif de doter Boostheat " des moyens financiers nécessaires pour conduire la stratégie de déploiement commercial et l'élargissement de son offre produit ".

Ouverte ce mercredi 25 septembre, la période de souscription courre jusqu'au 7 octobre, avec une fourchette indicative de prix de l'offre entre 14 euros et 17 euros par action.

D'après le calendrier présenté, Boostheat devrait officiellement faire son entrée en bourse le mercredi 9 octobre.

Lancement de la commercialisation

Boostheat (96 collaborateurs) frappe à la porte de la bourse en parallèle du lancement de la commercialisation de sa chaudière thermodynamique à énergies renouvelables, basée sur une technologie innovante de compression thermique.

Son marché cible : la rénovation de la maison individuelle ainsi que du petit collectif et du tertiaire dans ses trois pays prioritaires - France, Suisse et Allemagne où le groupe a ouvert une filiale commerciale.

A ce jour, Boostheat annonce l'enregistrement de 131 commandes de chaudières, avec l'ambition d'atteindre 200 ventes d'ici à la fin de l'année. Les premières installations - et donc les premières facturations - sont programmées pour début 2020. Avant une accélération attendue du déploiement commercial.

"Nous visons, dans les trois ans, un objectif de commandes d'environ 4500 chaudières par an, ce qui correspond au seuil pour atteindre l'équilibre financier", rapportait Luc Jacquet, le directeur général et co-fondateur de Boostheat, le 12 septembre dernier à La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :