Résultats 2018 : exercice mitigé pour LDLC

 |   |  608  mots
(Crédits : Ldlc)
Après un exercice 2017-2018 en recul, l'année 2018-2019 apporte une éclaircie dans le ciel du distributeur informatique LDLC. Mais certains éléments comptables restent dans le rouge.

Avec un chiffre d'affaires qui s'établit à 507,5 millions d'euros, le groupe LDLC rebondit malgré un exercice mitigé. La société lyonnaise, basée à Limonest (Rhône), voit ainsi ses ventes progresser de 7,5% par rapport à l'année 2017-2018 (472,1 millions d'euros). Il repasse ainsi au-dessus du chiffre d'affaire réalisé en 2016-2017 (479,9 millions d'euros).

Ces résultats sont notamment tirés par l'activité BtoB dont le chiffre d'affaire est en hausse de 34,4%, grâce à l'intégration du groupe Olys (+2% à périmètre constant). Du côté BtoC, le chiffre d'affaires réalisé reste en retrait à 335,9 millions d'euros, contre 340,1 millions d'euros l'année précédente. Mais le groupe se satisfait de ses performances en boutique.

"Le réseau de boutiques LDLC.com contribue à hauteur de 59,9 millions d'euros, soit désormais 18% du chiffre d'affaires BtoC. Le panier moyen du groupe progresse de 13% pour atteindre 389 € HT (344 € HT à n-1). Le groupe a recruté 410 000 nouveaux clients (BtoB et BtoC) sur l'exercice," avance le groupe dans son communiqué.

Lire aussi : LDLC s'implante en Espagne

Pertes nettes

Malgré ce chiffre d'affaires retrouvé, les résultats comptables restent négatifs : le résultat opérationnel s'établit à -4,3 millions d'euros ; le résultat courant avant l'impôt sur les sociétés à -6,1 millions d'euros et le résultat net de l'exercice à -4,3 millions d'euros.

Le groupe retrouve en revanche un Ebitda positif, après une chute au premier semestre de l'exercice (-1,9 millions d'euros). Pour le second semestre, il s'établit à 3,9 millions d'euros, et donc à 2 millions sur l'ensemble de l'année.

"Dans un contexte particulièrement défavorable sur une majeure partie de l'exercice, les résultats 2018-2019 reflètent principalement le poids financier des nombreux investissements engagés par le groupe pour renforcer sa place sur les marchés du high-tech et se doter de nouveaux moteurs de croissance. La nette amélioration des performances au second semestre et le maintien de la marge brute à un niveau élevé constituent des éléments encourageants qui témoignent de la solidité de nos activités et de la mobilisation de nos équipes;" indique Olivier de la Clergerie, directeur général du groupe LDLC.

Financièrement, les capitaux propres du groupe s'établissent à 53,2 millions d'euros (contre 60,7 millions d'euros à la fin de l'exercice précédent), pour un endettement financier net de 61,5 millions d'euros (contre 52,4 millions d'euros en 2017-2018), dont environ 33 millions liés à la valeur des actifs immobiliers.

Des perspectives d'amélioration

Le groupe poursuit la mise en oeuvre de mesures pour retrouver ses niveaux de croissance, le tout dans un contexte de marché qu'il juge "plus propice" : économies liées aux synergies groupe, réduction de 3,5 millions d'euros des charges de personnel issue d'actions engagées lors du second semestre 2018-2019, rationalisation des coûts avec l'objectif de réaliser des économies de 1,2 millions d'euros par an.

"Avec des signaux positifs depuis maintenant quelques mois sur nos marchés, nous sommes confiants dans la capacité du groupe à tirer pleinement parti des opportunités de marché et à renouer, à partir de 2019-2020, avec un rythme de croissance et un niveau de rentabilité plus conformes à ses performances historiques," poursuit le directeur général.

La cession des murs de l'entrepôt de Nantes a été actée le 12 juin dernier pour un montant de 11,3 M€. Le désengagement du crédit-bail du siège social devrait quant à lui être finalisé durant le premier semestre de l'année 2019-2020.

Cependant, ces résultats n'ont pas convaincu la Bourse. Déjà chahuté par les investisseurs depuis plusieurs mois, le cours de l'action chutait à 6,32 €, soit une baisse de 8,41%, à 10h55. De quoi conforter sa décision de migrer sur le marché Euronext Growth.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :