Liaison Lyon - Saint-Etienne : les métropoles demandent à l'Etat d'améliorer les mobilités

 |   |  401  mots
(Crédits : A.T.)
Le président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, et le président de Saint-Etienne Métropole, Gaël Perdriau, ont signé un accord cadre de partenariat en faveur du développement économique et de l'innovation des deux territoires pour la période 2019-2022. L'occasion pour les deux métropoles de mettre en avant la nécessité d'amélioration des mobilités entre elles deux, et d'interpeller l'Etat.

La collaboration entre les métropoles stéphanoise et lyonnaise s'orientera autour de trois axes durant la période 2019-2022 : enseignement supérieur / recherche ; entrepreneuriat innovant ; industrie intégrée et (re)connectée à son territoire et ses habitants. Les deux métropoles ambitionnent ainsi de devenir la "Silicon Valley française".

Alors que se tient à @H7lyon le Sommet des Start-up et de l'industrie, je me suis engagé aux côtés de @PerdriauGael pour faire de @SteMetropole et du @grandlyon la Silicon Valley Française ! #SommetStartUp pic.twitter.com/Yl17KNuwD9

— David Kimelfeld (@DavidKimelfeld) 17 juin 2019

Cet engagement pour le développement économique des deux territoires trouve déjà un écho dans le soutien apporté par les deux métropoles à la candidature de l'Université de Lyon à l'Initiative d'Excellence Idex, ainsi que dans la candidature unique sous le nom "French Tech One Lyon Saint-Etienne".

Par ailleurs, la Métropole de Lyon, en partenariat avec Saint-Etienne Métropole, a répondu à l'Appel à Projets Territoires d'innovation (anciennement TIGA) autour de la thématique "industrie intégrée et (re)connectée à son territoire et ses habitants".

La mobilité, un enjeu majeur

Dans un communiqué, David Kimelfeld et Gaël Perdriau avancent "la nécessité d'améliorer l'accessibilité entre les deux métropoles en développant et en diversifiant l'offre de mobilité actuelle" afin que les "collaborations et actions de cet accord-cadre soient rendues possibles".

"Notre mission première est d'attirer des talents pour que nos entreprises puissent s'implanter et se développer. En ce sens, la mobilité mais aussi le logement et la qualité de l'air sont les trois enjeux à travailler ensemble" déclare David Kimelfeld.

"Ce travailler ensemble est la marque de notre collaboration avec David Kimelfeld. Le déclassement de l'A6 / A7 est par exemple une opportunité sur laquelle nous devons nous appuyer pour réfléchir à de nouvelles mobilités entre Lyon et Saint-Etienne" ajoute Gaël Perdriau.

Ils en appellent directement à l'Etat "pour assurer le continuum industriel et économique, notamment de la Vallée de la Chimie et de la Vallée du Gier, à la jonction des deux métropoles".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :