La Métropole de Lyon et le Sytral veulent casser le monopole Rhônexpress

 |   |  254  mots
(Crédits : DR)
Contre toute attente, la Métropole de Lyon et le Sytral veulent renégocier le contrat de concession de Rhônexpress détenu par Vinci.

Régulièrement décriée pour son coût élevé pour les usagers (16,30 euros l'aller simple pour un passager de plus de 25 ans), la liaison entre la Métropole de Lyon et l'aéroport de Lyon Saint Exupéry, assurée par Vinci via une concession d'exploitation exclusive de la ligne d'une durée de 28 ans, pourrait rapidement être brouillée.

En effet, le financeur de l'intégralité des coûts supportés par le Sytral - la Métropole de Lyon qui a repris la compétence du Conseil général du Rhône lors de sa création - souhaite "renégocier en profondeur les termes du contrat".

L'objectif des deux institutions : augmenter les cadences de la ligne de tramway T3 qui partage une partie de ses rails avec le Rhônexpress, ouvrir la liaison à la concurrence pour permettre des liaisons alternatives et faire baisser les tarifs de la ligne.

Ces négociations, conduites par Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral et Gérard Claisse, vice-président de la Métropole en charge des marchés publics, débuteront le 30 avril. L'ensemble des parties prenantes espère "parvenir à la signature d'un avenant au contrat d'ici à l'automne 2019", indique la Métropole de Lyon dans un communiqué.

"Si les discussions souhaitées avec les actionnaires de Rhônexpress n'aboutissaient pas dans ce délai, le Sytral et la Métropole de Lyon examineront toutes les solutions juridiques pouvant aller jusqu'à la résiliation du contrat de concession", affirme, déterminée, l'institution.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2019 à 11:14 :
cela serait vraiment bien de baisser le cout de RE car c'est vraiment trop cher et les lyonnais auraient plus de possibilites pour voyager je suggere 5E aller 5E retour afin que ce soit abordable au pius grand nombre
a écrit le 20/04/2019 à 9:00 :
Enfin une bonne nouvelle,mais dans quel délai, 5 ans?
a écrit le 16/04/2019 à 23:59 :
Les tarifs de rhonexpress sont purement et simplement scandaleux: 33 euros à deux, soit le prix d'un lyon biarritz avec easyjet.
a écrit le 16/04/2019 à 14:57 :
Remplacement de Rhônexpress

Rhônexpress (chiffre d’affaire 10 à 11 millions d’euros dont 3,25 millions d’euros de payé par nos impôts dans le contrat d’origine à ce jour ce chiffre est proche de 5millions d’euros 100millions d’euros jusque en 2038) remplacé par le Tram T3 avec terminus à Saint Exupéry au tarif TCL.
------------------------------------------------------------------------------
Pour Rhônexpress le temps de parcourt actuel est de 30 minutes pour le trajet plus 8minutes de temps d’attente d’une rame à l’autre soit au total 38 minutes.
---------------------------
Pour le tram T3 le temps de parcoure futur sera de 25minutes (Part-Dieu à Meyzieu ZI) plus 4 minutes (temps d’arrêt nécessaire qu’il faut ajouter pour desservir une station supplémentaire à Villeurbanne une à Décines et deux Meyzieu et une à Pusignan ZI) plus 7 minutes (temps de parcourt des 7Km séparant Meyzieu ZI à St Ex) plus 2 minutes de temps d’attente d’une rame à l’autre soit au total 38 minutes.
D’autre part actuellement la fréquence en heure de pointe est de 10 rames par heure pour T3 (une rame toutes les 6minutes) plus 4rames par heure pour Rhônexpress (une rame toutes les 15minutes) soit au total 14 rames par heure.
Avec une desserte de St Ex par T3 la fréquence pourra être une rame toutes les 3minutes soit 20 rames par heure
Pour conséquence 6 rames de plus part heure mais doublement de la capacité de la ligne T3.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plusieurs avantages :
1° diminution du cout de transport pour les 4000 à 5000 salariés travaillant sur le site de St Ex ainsi que pour leurs employeurs qui participent.
2° économie pour la collectivité ‘(nos impôts) de 3,25 millions d’euros par an qui sont versé à la société gestionnaire de Rhônexpress.
3° actuellement les 70 salariés de Rhônexpress représente une charge de 2 millions d’euros par an. L’intégration de ce personnel au sein de KEOLIS permettra des gains sur les embauches.
4° grâce à la desserte TCL un certain nombre de TGV, circulant entre le nord de la France et la vallée du Rhône, ou Paris et l’arc alpin, dont le terminus n’ait pas Lyon ou Saint Etienne pourront s’arrêter à Saint Exupéry à la place de Part-Dieu. Ces TGV transitant par Saint Exupéry auront des gains de temps sur leur parcourt de 10 à 15 minutes par rapport à ceux transitant part Part-Dieu. Ceci compensera en partie le temps passé dans le tram T3.
5° le développement de la gare Saint Exupéry grâce à la desserte TCL et aux nouveaux TGV peut espérer à un doublement voir triplement de son trafic.
6° le passage de ces TGV par St Ex permettra l’allégement de la gare de Part-Dieu et la suppression de certains investissements, (permettra par exemple une liaison Clermont Lyon avec arrivée à Lyon avant 9h du matin).
7° les utilisateurs de TCL vers ou en provenance de St Ex rééquilibreront le trafic de T3 qui est actuellement très pendulaire (le matin très chargé dans le sens Meyzieu vert Part-Dieu et le soir dans le sens inverse)
8°grâce au nouveau trafic généré sur T3, (3 à 4 millions de voyages supplémentaires par an) TCL aura 3 millions d’euros de recette supplémentaire.
9° adoption pout T3 du principe multimodal Gare à Gare idem à la ligne de métro D (gare Vaise, Vénissieux) ou ligne A (gare Perrache tramT3) et autre….
10° lors de la réalisation du projet CFAL qui comporte la desserte TER de St EX la gare deviendra complètement intégrée dans le cadre du POLE METROPOLITAIN.
11° lors des événements au Stade des Lumières les quatre Rhônexpress circulant actuellement pourront être remplacé par quatre T3 destinés au Stade (environ 1200 personnes transportées en plus par heure et par sens).
12° les infrastructures de Rhônexpress (Part-Dieu, La soie et autre...) pourront être utilisées par les T3

Infos complémentaires
Le coût de Rhônexpress a été de 120 millions d'euros2, dont 65 millions pour l'infrastructure.
Il est financé par le consortium, ainsi que par les deux subventions départementales prévues à la concession, l'une de 40 millions, comprenant une participation de 10 millions d'euros remboursé par un organisme de l'État, l'AFITF, au Département4,6, et l'autre, annuelle, de 3,25 millions sur vingt-huit ans2.
Le consortium, quant à lui, a emprunté 62 millions d'euros de prêts à taux fixe apportés par un pool bancaire piloté par Calyon
Réponse de le 16/04/2019 à 22:45 :
Ouch ! Votre commentaire nous en apprend 3 fois plus que l'article lui même. Merci !
a écrit le 15/04/2019 à 18:27 :
Quand il en coûte (Flixbus - 2019) au mieux EUR 9.99 pp pour aller de Milan à Montpellier par les autoroutes, et tunnels, tous à péages, les tarifs de Rhône-Express paraissent effectivement hors sol. Vinci éprouve t'il le besoin de se refaire, une fois les "frais" pour obtenir la concession payés???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :