Auvergne-Rhône-Alpes : médaille d'argent du financement participatif

 |   |  404  mots
(Crédits : TONY GENTILE)
Depuis son lancement en 2017, la plateforme de crowdequity Incit'Financement a soutenu sept entreprises, pour un montant de 2 millions d'euros levés. Cependant, ce mode d'investissement apparaît en recul au niveau national.

La plateforme Incit'Financement fait partie des leviers utilisés par la région Auvergne-Rhône-Alpes pour promouvoir le crowdfunding à destination des entreprises, à travers le dispositif de financement participatif en capital (crowdequity). Elle permet à des entreprises régionales de lever les fonds nécessaires à leur développement, en donnant la possibilité à des citoyens d'entrer au capital de ces sociétés.

Incit'Financement a ainsi soutenu sept entreprises basées dans la région depuis sa création en 2017, pour un montant de 2 millions d'euros levés.

"La plateforme garantit la qualité et la fiabilité du projet," résume Gilles Assollant, président du directoire d'Incit'Financement.

Un modèle à s'approprier

Si Incit'Financement "filtre" les projets et "ne cherche pas un développement et une croissance à tout prix", la plateforme attire de plus en plus d'entrepreneurs, note Gilles Assollant.

Pourtant, au niveau national, les chiffres sont à la baisse avec 45,9 millions d'euros récoltés (-19% par rapport à 2017) par financement participatif en capital, selon le baromètre 2019 du crowdfunding, réalisé par Financement Participatif France et KPMG.

Lire aussi : Finance participative : 80% des montants collectés auprès des particuliers vont aux entreprises

"Cela s'explique notamment par une modification de la législation sur la fiscalité, car le placement en PME n'est plus défiscalisé. Ensuite, un certain nombre de plateformes se sont axé sur l'immobilier, délaissant un peu le financement des startups," analyse Gilles Assollant.

Pour lui, la baisse de rendement des marchés financiers va inciter les citoyens avec des liquidités à investir en crowdequity, rencontrant alors le besoin des startups de lever des fonds pour leur développement.

"Il y a eu beaucoup de création de plateformes autour du don et du prêt, ce qui a déstabilisé l'offre en financement participatif. Il est difficile de s'y retrouver pour un porteur de projet. Mais le marché va se réguler, cette industrie va se structurer autour de leader et de pôles d'investissement reconnus, la démarche va s'institutionnaliser".

En résumé, le monde de la finance doit et va s'approprier ce mode de financement en capital.

La région, médaille d'argent du financement participatif

En France, la finance alternative dans son ensemble représente 1,4 milliard d'euros. Ce montant total est en augmentation de 39% par rapport à 2017.

L'Auvergne-Rhône-Alpes se place comme la deuxième région où se réalisent ces investissements (18%), derrière l'Île de France (25%), mais largement devant l'Occitanie (9,4%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :