Panne d'oreiller définitive pour Holi

 |   |  526  mots
Illustration du réveil Bonjour.
Illustration du réveil Bonjour. (Crédits : Holi)
Elle avait suscité l'engouement lors du CES 2017 avec son réveil à assistant vocal nommé Bonjour. Mais la startup lyonnaise Holi a fermé ses portes hier, laissant ses contributeurs Kickstarter et Indiegogo dans le désarroi.

Après sa participation au CES 2017, la startup Holi semblait pourtant bien partie pour lancer Bonjour, son radio-réveil intelligent à assistance vocale. Deux campagnes de financement participatif, sur Kickstarter et Indiegogo, avaient permis de lever environ 840 000 euros.

Mais, ce mardi 22 janvier, une note à l'attention des contributeurs a été publiée par la société lyonnaise, indiquant l'arrêt définitif du produit et de la marque. Le site internet d'Holi ne tient plus qu'en une page d'accueil annonçant "Holi, c'est fini" et quelques mots de remerciements. La dernière publication sur la page Facebook de la marque remonte au 1er juillet 2018, tandis que le compte dédié au réveil est désactivé. L'utilisateur Twitter @holi.io n'existe plus.

Ceux qui avaient déjà reçu leur objet connecté ne pourront plus s'en servir dès début février, les serveurs utilisés par l'entreprise ne pouvant être payés. Ceux qui attendaient encore de recevoir leur réveil ne le verront jamais arriver et ne seront pas remboursés, ni par les plateformes, ni par l'entreprise.

"Faute de moyens financiers, l'entreprise doit cesser ses activités. Personne ne s'attendait à ce résultat lorsque nous avons lancé notre campagne de financement participatif il y a 2 ans. Et aujourd'hui, l'équipe est déçue et désolée de ne pas avoir été en mesure de mettre Bonjour entre vos mains" s'excuse la société.

Des erreurs dans l'industrialisation

Sur Indiegogo, l'entreprise retrace cinq erreurs, qui ont été préjudiciables dans la production du radio-réveil.

"Nous résumons cela dans une liste des 5 pièges à éviter dans un projet d'assistant vocal. Nous espérons que cela pourra être utile aux futurs entrepreneurs : un prototype en état de marche ne représente pas une preuve de concept ; la confiance ne remplace pas le contrôle ; il faut être prêt à gérer une communauté sur une plateforme de financement participatif ; il faut avoir une équipe en Chine lorsque l'on y développe un produit ; il faut établir un budget réaliste avec le pire scénario de développement possible".

Ainsi, la société rapporte que le prototype fonctionnel présenté au départ a été inutile pour l'industrialisation et le développement technique du produit.

"Nous avons dû retravailler toute la conception et le développement du produit pour répondre aux critères de production de masse et redévelopper à partir de zéro toute l'architecture technique".

Pire, l'entreprise conseille de ne pas faire confiance aux fournisseurs externes, au risque de ne pas les contrôler.

"Par exemple, les microphones. Nous avons choisi de travailler avec un fournisseur de composants majeur. C'était rassurant. Nous pensions que cela ne présenterait aucun risque. Ce n'était pas vrai. La technologie n'était pas assez avancée."

La marque Holi employait 20 salariés selon son site internet. L'entreprise-mère, FiveFive, se trouve en cours de liquidation et un mandataire judiciaire a été nommé le 15 janvier dernier. C'est auprès de lui que doivent se manifester les contributeurs lésés. Sollicité, le fondateur de l'entreprise n'a pas donné suite à nos demandes de précisions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2019 à 11:03 :
conseils aux startupers: abonnez-vous (gratuitement) à Maddyness. ça vous évitera de répéter les mêmes erreurs que les milliers de startups qui se sont effondrées avant vous, souvent pour les mêmes raisons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :