Lyon : Boehringer Ingelheim lance son premier programme d'incubation de startups

 |   |  252  mots
Le programme d'accélération de startups sera hébergé au coeur du siège français de Boehringer Ingelheim à Lyon
Le programme d'accélération de startups sera hébergé au coeur du siège français de Boehringer Ingelheim à Lyon (Crédits : DR)
Boehringer Ingelheim annonce la création de son "premier accélérateur de santé digitale". Monté en collaboration avec 1Kubator, ce programme est dédié aux startups opérant dans le domaine de la e-santé.

Confirmant les informations d'Acteurs de l'économie-La Tribune, le laboratoire pharmaceutique allemand Boehringer Ingelheim lance, en partenariat avec le réseau d'incubateurs français 1Kubator, un programme d'accélération dédié aux startups opérant dans le domaine de la e-santé.

Implanté au sein de l'immeuble Boréal, siège France des activités de santé animale du groupe, il s'inscrit dans la stratégie globale d'innovation du laboratoire.

"C'est un véritable programme d'open innovation digitale que nous lançons au sein de Boehringer Ingelheim France, dans la lignée de la stratégie du groupe et de sa filiale BI X, un lab d'innovation digitale dédié à la e-santé, aussi bien humaine qu'animale", explique Jean Scheftsik de Szolnok, président de Boehringer Ingelheim France dans un communiqué.

Jusqu'à 6 startups par an

Trois premières startups sont d'ores et déjà retenues dans le cadre du programme d'accélération de 6 à 12 mois qui débutera en janvier 2019 : Lili Smart (solution connectée d'assistance pour les aidants et leurs proches en perte d'autonomie)Medeo (solutions technologiques dédiées aux professionnels de santé) et Tibot (robot d'assistance autonome pour l'aviculture).

À l'issue de ce programme d'accélération, "les startups dont les projets sont les plus concluants pourraient bénéficier d'un accord commercial ou même d'un investissement direct grâce au fonds de capital-risque du groupe" précise encore le président.

Dans ce cadre, la filiale française envisage d'accompagner, à terme, 6 startups par an, en santé humaine comme animale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :