Apprentissage : l'artisanat de plus en plus attractif auprès des bacheliers

 |   |  414  mots
Le CAP Boulanger reste le diplôme le plus demandé dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes
Le CAP Boulanger reste le diplôme le plus demandé dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes (Crédits : Reuters)
En Auvergne-Rhône-Alpes, le secteur artisanal commence à retrouver de l'attractivité auprès des jeunes, et notamment des bacheliers. La Région est le territoire qui emploie le plus d'apprentis dans ce secteur en France, devant l'Ile-de-France et le Grand Est.

En Auvergne-Rhône-Alpes, l'apprentissage artisanal compte près de 20 000 apprentis dans ses entreprises en 2016-2017. Une hausse de 3 % comparée à l'année précédente, qui inverse la tendance des dernières années (-12 % en moyenne entre 2012 et 2015), selon le résultat du troisième baromètre sur l'apprentissage réalisé par l'Institut supérieur des métiers (ISM) et l'assureur MAAF.

Un dynamisme confirmé par les entrées en apprentissage : + 4 % par rapport à l'année 2015-2016, (10 260 inscrits en 2016-2017), alors même que les effectifs sont stables au niveau national. Un palmarès qui inscrit l'artisanat régional comme étant le plus dynamique des régions françaises, devant l'Ile-de-France et le Grand Est.

Lire aussi : Artisanat : vers une sortie de crise modérée

Augmentation des bacheliers

Fait nouveau : l'artisanat séduit de plus en plus d'apprentis déjà titulaires d'un Bac (17 % des inscriptions), voire d'un BTS. Une tendance de fond qui se confirme au niveau national où 16 % des inscrits sont déjà titulaires d'un Bac et/ou d'un diplôme de l'enseignement supérieur, principalement un BTS.

"Avec l'élévation générale du niveau de formation, de plus en plus de jeunes n'envisagent vraiment leur orientation professionnelle qu'à l'issue du BAC. C'est pourquoi le nombre de bacheliers choisissant de préparer un métier artisanal progresse ces dernières années, une tendance qui devrait perdurer. Cette dynamique s'explique aussi par une revalorisation des métiers de l'artisanat dans l'opinion publique et sans doute, pour certains, par une déception vis-à-vis des autres filières universitaires", analyse Catherine Elie, Directrice des études et du développement économique de l'ISM.

Disparités régionales

Mais ces bons résultats masquent quelques disparités sectorielles et régionales. Si l'alimentation connaît la plus forte croissance de son nombre d'apprentis (avec 550 entrées en apprentissage en 2016-2017, le CAP Boulanger reste le diplôme le plus demandé dans la région), les entreprises artisanales du BTP n'ont pas retrouvé leur niveau de recrutement de 2012.

Néanmoins, les effectifs semblent se stabiliser, ce qui laisse présager un avenir moins sombre pour le renouvellement des générations pour le secteur.

Lire aussi : Artisans : les nouveaux secteurs qui attirent

Par ailleurs, le Cantal a enregistré la plus forte progression des entrées en apprentissage dans une...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :