Lyon : pourquoi Michel et Augustin ferme sa Bananeraie

 |   |  553  mots
(Crédits : DR)
Michel et Augustin ferme sa seule antenne française en dehors de son siège social, à Paris. Après la prise de participation majoritaire de Danone en 2016, la marque fait pivoter sa stratégie.

Publié le 22 juin 2018, mis à jour le 29 juin 2018.

Cinq ans après l'ouverture de ses bureaux surnommés la Bananeraie à Lyon, la marque française de produits alimentaires, Michel et Augustin, a organisé une soirée de fermeture, le 28 juin 2018, pour "fêter le changement de cap de l'aventure lyonnaise", explique Dorothée De Cabissole, patronne des recettes, basée à Paris.

L'événement se déroule en petit comité : quelques dizaines de personnes, toutes invitées par l'entreprise, se sont succédées à la Bananeraie. Elles ont pu profiter une dernière fois des recettes des "trublions du goût", comme ils aiment se faire appeler, dans leurs bureaux de Lyon, dans le quartier de la Croix-Rousse.

"On voulait remercier tous ceux qui ont contribué à cette aventure et surtout rassurer les gens car notre aventure lyonnaise continue", assure Dorothée De Cabissole.

Sans locaux physiques, la marque française poursuivra son activité dans la région Auvergne-Rhône-Alpes avec ses trois commerciaux. La cheffe de la Bananeraie, Caroline Thevenon, travaillera désormais à domicile et prendra une double fonction commerciale et communication dès son retour de congés maternité.

Des événements à domicile

Reste un changement notable : les événements organisés dans les bureaux de Michel et Augustin vont changer de forme.

"Nous allons continuer les rencontres avec les consommateurs en allant directement à chez eux. C'est un modèle d'une durée plus longue que nous avons déjà expérimenté dans plusieurs villes comme Marseille", précise la patronne des recettes.

Elle explique par ailleurs que ces événements fonctionnaient bien dans la Bananeraie lyonnaise et qu'il n'y a pas de lien avec la fermeture des locaux. Depuis 2014, 30 portes ouvertes ont eu lieu et 2 500 clients ont poussé la porte de ces bureaux, d'après un communiqué du groupe.

Nouvelle stratégie de croissance

Alors qu'elle souhaitait s'implanter dans l'Ouest ou le Nord de la France il y a encore quatre ans, la marque, désormais dans l'escarcelle du Groupe Danone, semble toutefois dévier de sa stratégie de croissance et se concentrer sur les Etats-Unis, selon une information des Echos. Malgré ce changement de mains, Dorothée De Cabissole maintient que l'autonomie du groupe n'est pas menacée par leurs nouveaux actionnaires majoritaires.

"Ça n'avait pas de sens de n'avoir qu'une Bananeraie en région, c'est pour ça qu'on ferme ce bureau physique mais nous restons dans notre optique de déploiement de micro-bananeraies partout dans le monde sous une forme différente", poursuit-elle sans donner davantage de détails.

L'implantation de la marque à Lyon "rayonnera désormais via les réseaux sociaux", en attendant la redéfinition d'une stratégie plus globale. Après cette fermeture, il ne reste qu'un seul bureau à Michel et Augustin en dehors du siège parisien, à New York. Une Bananeraie plus grande, qui poursuivra son activité.

Le groupe est d'ailleurs toujours en progression : son chiffre d'affaires a atteint 55 millions d'euros en 2017 et sa croissance se poursuit avec un taux qui "se rapproche des 10%", d'après Dorothée De Cabissole.

De bons résultats qui ne rendent que plus flou la fermeture du bureau de Lyon dont la marque, reconnue pour sa stratégie de communication, ne semble pas vouloir dévoiler les raison précises. Les deux co-fondateurs n'ont pas fait le déplacement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2018 à 9:07 :
Bonjour,
est-il possible de dévoiler la vérité sur Michel et Augustin?
Entre les DG qui viennent d'Intermarché, Total, Coca Cola et le fait qu'ils ne produisent aucun de leurs produits mais font croire aux clients que ce sont eux les producteurs...
a écrit le 30/06/2018 à 11:10 :
Bonjour,
Moi je suis délégué d'un groupe d'initiative commune GIC au Cameroun cherchons des partenaires pour la production de la banane plantain a grande échelle avec des champs appelés champs planteurs qui consiste a signer les contrats avec des propriétaires des terres sur des superficie moyenne 10 hectares que nous financons et cultivons pour acheter toutes la production

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :