L'Aubrac : 10ème Parc naturel régional d'Auvergne-Rhône-Alpes

 |   |  250  mots
(Crédits : DR)
Après de nombreux travaux préparatoires, l'Aubrac a obtenu le label Parc naturel régional.

L'Aubrac est officiellement devenu le 53e Parc naturel régional de France, avec la signature du décret officiel par le Premier ministre. Et respectivement le dixième de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le 7ème de la Région Occitanie, puisque le périmètre du PNR (64 communes, dont 12 en Auvergne-Rhône-Alpes) est à cheval sur ces deux territoires.

Le site est notamment reconnu pour sa grande biodiversité, une pratique de l'agriculture respectueuse de l'environnement et des initiatives spécifiques comme la renaissance de la race Aubrac.

"L'Aubrac est un territoire au caractère tellement marqué et aux produits tellement identifiés que pour beaucoup, il semblait déjà former un Parc. Pourtant, s'il n'en était rien, l'obtention du label ne pouvait être une fin en soi pour les acteurs locaux. Il était tout aussi important pour eux de passer par toutes les phases de mise en place d'un
Parc naturel régional : diagnostic, enjeux, propositions, rédaction d'une charte... Un Parc naturel régional ne s'impose pas d'en haut, il émerge d'en bas", a commenté dans un communiqué Michaël Weber, président de la Fédération des parcs naturels régionaux.

Autre enjeu pour le site : maintenir voire développer sa population actuelle.

"Ce projet nous permet de conjuguer développement économique et préservation des richesses patrimoniales" a complété Eric Fournier, vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, délégué à l'environnement, au développement durable, à l'énergie et aux parcs naturels régionaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2018 à 10:11 :
Le propos de M. Fournier laisse extrêmement sceptique puisqu'il n'y est question que de "préservation des richesses patrimoniales" alors que le VP à l'environnement et au DD devrait avoir chevillé au corps le souci d'une approche environnementale globale. Il en est donc loin. Le risque est réel que les analyses d'impact environnemental du développement économique ne soient que formelles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :